Archives par mot-clé : Saint-Béat

Courrier à la sous-préfète au sujet de la Garonne

Pour info, nous venons d’envoyer un courrier à la sous-préfète au sujet des crues récurrentes qui touchent Saint-Béat.

Nous lui demandons de diligenter une enquête autour de plusieurs constats que nous avons pu faire :

– Le fait que la station de mesure de Bossòst indique des débits nettement inférieurs à ce qui est constaté en aval, à Saint-Béat. Nous imaginons difficilement que la seule addition des affluents puisse expliquer un tel écart de débits.

– Le 23 octobre dernier et la semaine passée, Saint-Béat a vu l’eau arriver à deux reprises dans la rue principale alors que les débits mesurés n’étaient normalement pas suffisants pour cela. De plus, l’eau est sortie par le haut de la rue alors que, classiquement, on a toujours connu le contraire.

– La nécessité de reprendre à zéro et coordonner les multiples et divers systèmes de mesures et d’alertes, plusieurs étant HS ou livrant des données erronées.

– Enfin, nous nous interrogeons sur le fait que les travaux effectués sur la rive droite, le long de l’église, ne correspondent pas à ce qui était prévu, rétrécissent le lit et impactent visuellement un site classé.

Nous vous tiendrons au courant des suites données, bien sûr.

Revue de presse – Actu TouLouse du 30/05/2019 – “Au sud de Toulouse, un pont « flambant neuf » mais sans…route désespère toute une vallée”

Au sud de Toulouse, à la frontière franco-espagnole, un pont routier “flambant neuf” attend toujours d’être relié à…une route trois ans après sa livraison. Et cela va durer…

Le pont d'Arlos situé au sud de Saint-Béat est un pont de 200 mètres, livré en 2016. En 2019, il reste un pont isolé, connecté à aucune route et donc jamais emprunté par une voiture
Le pont d’Arlos situé au sud de Saint-Béat est un pont de 200 mètres, livré en 2016. En 2019, il reste un pont isolé, connecté à aucune route et donc jamais emprunté par une voiture (©Capture d’écran)

C’est une histoire de pont qui ferait presque pleurer dans les chaumières au sud de Toulouse. 

À 1h30 de route de la Ville rose, à la frontière franco-espagnole, l’automobiliste qui se dirige vers le Val d’Aran et longe la Garonne peut apercevoir un pont flambant neuf qui franchit la Garonne. Sa particularité ?  Depuis trois ans qu’il a été livré, aucun automobiliste n’a jamais pu l’emprunter…Et cette situation va durer encore longtemps…

(Lire la suite de l’article directement sur le site d’actuToulouse, ICI.)

Non ! Il ne peut pas être dit que « Le village de Saint-Béat en Haute-Garonne est prêt à affronter de nouvelles crues. »

Dans son édition du JT du 12/13 Midi-Pyrénées du 18 octobre 2018, France 3 Occitanie a diffusé un reportage consacré au système d’alerte aux crues censé être désormais actif sur la commune de Saint-Béat : « Haute-Garonne : 5 ans après l’inondation de Saint-Béat, la commune dispose désormais d’un système d’alerte »

Nous ne pouvons cacher notre surprise face à la tonalité globalement positive de traitement du sujet. Ne pas réagir reviendrait à cautionner l’idée selon laquelle, comme il est écrit en tête de la page Web de France 3 consacrée au sujet, « Le village de Saint-Béat en Haute-Garonne est prêt à affronter de nouvelles crues. »

Riverains et premiers intéressés, nous sommes aux antipodes d’une telle affirmation.

Alors qu’on ne peut que constater et déplorer le niveau d’inaction en matière de prévention de la part des autorités et de l’Administration depuis 2013, il n’est pas acceptable de faire croire à la population qu’elle est protégée alors qu’il n’en est rien.

Le collectif d’animation de Vivre en Vallée de Saint-Béat, le 27 octobre 2018

Prenez connaissance de notre réponse détaillée ci-dessous et ne manquez pas de la partager.

Télécharger (PDF, 1.6Mo)

Saint-Béat : démission du maire Alain Frisoni

Article à retrouver sur le site de Luchonmag, ICI.

Le maire de Saint-Béat nous a confirmé avoir envoyé sa démission, la semaine dernière, à la sous-préfecture de Saint-Gaudens. Outre des soucis de santé et le besoin de retrouver sa famille qu’il voit de moins en moins en Lorraine, Alain Frisoni fait ainsi partie de ces très nombreux maires de petites communes rurales qui “jettent l’éponge” car leur fonction, sans moyens humains ni techniques, est devenue de plus en plus difficile. De nombreux élus pointant également “la défiance de l’Etat” vis à vis d’eux. Des maires ruraux qui, dimanche, à l’issue de leur congrès national à Saint-Léger-les-Mélèzes, dans les Hautes-Alpes, ont appelé à ne pas transmettre les résultats des futures élections européennes de mai 2019. Toutefois, Alain Frisoni tient à remercier la sous-préfète de Saint-Gaudens Marie-Paule Demiguel ainsi que les services de la Direction Départementale des Territoires (DDT) de la Haute-Garonne, pour l’avoir aidé dans de très nombreux dossiers compliqués, “Saint-Béat étant une commune très difficile”.

Mercredi 26 Septembre 2018

Alain Frisoni avec Carole Delga, présidente de la Région Occitanie (Photo archives © Paul Tian)

Alain Frisoni avec Carole Delga, présidente de la Région Occitanie (Photo archives © Paul Tian)