Archives par mot-clé : France 3

Non ! Il ne peut pas être dit que « Le village de Saint-Béat en Haute-Garonne est prêt à affronter de nouvelles crues. »

Dans son édition du JT du 12/13 Midi-Pyrénées du 18 octobre 2018, France 3 Occitanie a diffusé un reportage consacré au système d’alerte aux crues censé être désormais actif sur la commune de Saint-Béat : « Haute-Garonne : 5 ans après l’inondation de Saint-Béat, la commune dispose désormais d’un système d’alerte »

Nous ne pouvons cacher notre surprise face à la tonalité globalement positive de traitement du sujet. Ne pas réagir reviendrait à cautionner l’idée selon laquelle, comme il est écrit en tête de la page Web de France 3 consacrée au sujet, « Le village de Saint-Béat en Haute-Garonne est prêt à affronter de nouvelles crues. »

Riverains et premiers intéressés, nous sommes aux antipodes d’une telle affirmation.

Alors qu’on ne peut que constater et déplorer le niveau d’inaction en matière de prévention de la part des autorités et de l’Administration depuis 2013, il n’est pas acceptable de faire croire à la population qu’elle est protégée alors qu’il n’en est rien.

Le collectif d’animation de Vivre en Vallée de Saint-Béat, le 27 octobre 2018

Prenez connaissance de notre réponse détaillée ci-dessous et ne manquez pas de la partager.

Télécharger (PDF, 1.6MB)

Revue de presse – France 3 Occitanie – Saint-Béat (Haute-Garonne) : inauguration à 148 millions d’euro d’un tunnel provisoirement inutile

Article à retrouver sur le site de France 3 Occitanie ICI.

Publié le 30/04/2018

Saint-Béat (Haute-Garonne) : inauguration à 148 millions d’euro d’un tunnel provisoirement inutile

Le tunnel de Saint-Béat, provisoirement inutile / © Marc Raturat/France 3 Occitanie
Le tunnel de Saint-Béat, provisoirement inutile / © Marc Raturat/France 3 Occitanie

Le tunnel de Saint-Béat, qui doit délester ce dernier gros bourg de la Haute-Garonne avant l’Espagne de sa noria de camions quotidienne, sera inauguré ce lundi. Mais sa bretelle de sortie renvoie la circulation sur une partie de la commune dont les habitants dénoncent un fiasco.

 

Ambiance en perspective pour l’inauguration ce lundi à 16 heures 30 du tunnel de Saint-Béat, dont les riverains entendent parler depuis 30 ans, mais qui, après plusieurs années de travaux, ne permettra pas, du moins pas avant 6 ans, de délester ce dernier gros bourg de la Haute-Garonne avant l’Espagne de ses quelques 500 camions et 3000 voitures quotidiens.

Le collectif Vivre en vallée de Saint-Béat a en effet décidé de venir demander des explications aux autorités sur le rapport coût/efficacité de cet ouvrage de 1100 mètres aux normes les plus récentes de sécurité. Mais dont la bretelle de sortie n’ouvrira pas avant 6 ans et qui renverra donc pendant ce temps le trafic routier sur une moitié de l’agglomération, au grand dam des riverains.

Ce tunnel, qui doit être mis en service le 3 mai, ne représente en effet qu’un tronçon de déviation et non la déviation entière de Saint-Béat. Et au lieu de contourner Saint-Béat, les camions seront renvoyés vers le centre-ville pour aller prendre un virage …en angle droit et reprendre ainsi la direction de l’Espagne, comme le montre ce carton d’invitation à inauguration de l’ouvrage.

Le tunnel (en pointillé) contourne une partie de Saint-Béat, mais sa bretelle de sortie renvoie le trafic vers le centre-ville. / © @Préfecture de la Haute-Garonne
Le tunnel (en pointillé) contourne une partie de Saint-Béat, mais sa bretelle de sortie renvoie le trafic vers le centre-ville. / © @Préfecture de la Haute-Garonne

Au nombre des explications de cette situation ubuesque figure le coût du projet, initialement prévu pour 105 millions d’euros, mais dont le budget a explosé à hauteur de 148 millions d’euros, en raison notamment de modifications du tracé pour des raisons écologiques. Résultat : plus de budget pour la voirie. Avec un pont construit 3 kilomètres plus loin et qui ne sert pour l’heure à rien.

La situation devrait durer jusqu’en…2024. Le temps de réaliser les 2,5 km nécessaires à l’achèvement de la totalité de la déviation. Et à la fin de l’asphyxie de Saint-Béat.