Archives par mot-clé : Cachou

Preocupación ante el cuarto ataque de Cachou a ganado equino en dos semanas

Source : Preocupación ante el cuarto ataque de Cachou a ganado equino en dos semanas

Proposition de traduction :

————————————————————————-

« INQUIÉTUDE FACE A LA QUATRIÈME ATTAQUE DE CACHOU SUR DU BÉTAIL ÉQUIN EN DEUX SEMAINES

17 septembre 2019

Cachou a tué cette nuit une jeune jument d’environ 20 mois dans la municipalité de Vielha e Mijaran, la quatrième attaque confirmée sur du bétail équin depuis le 4 septembre dernier.

«Ce protocole d’ours problématique est une formule qui peut fonctionner avec d’autres types de bétail mais pas avec les équidés», déclare le conseiller du Territoire, de la Gestion du paysage et de l’environnement, Francisco Bruna.

Le comportement prédateur de Cachou laisse encore une fois une nouvelle jument morte, en l’occurrence une jeune femelle d’environ 20 mois, que l’ours a également tué dans la municipalité de Vielha e Mijaran.

L’attaque a eu lieu dans la nuit du lundi au mardi et, depuis le 4 septembre dernier, on compte déjà quatre attaques d’équidés.

Face à cette situation, le groupe de travail technique doit se réunir d’urgence pour évaluer la qualification de Cachou en tant qu’ours soumis aux ressources trophiques d’origine humaine et les mesures à prendre.

Le conseiller du Territoire, du Paysage et de la Gestion de l’environnement, Francisco Bruna, a exprimé son “sentiment d’impuissance avec ces attaques répétées auxquelles nous nous trouvons soumis à résoudre les problèmes des agriculteurs affectés par des protocoles éloignés de la réalité” .

Les techniques du Protocole d’intervention avec les ours des Pyrénées sont temporairement divisées en trois phases progressives, appliquant des techniques chaque fois plus agressives.

De manière très résumée, dans la première phase, on réalise le diagnostic, le suivi et l’exécution de mesures proactives et le début de mesures aversives. Dans la deuxième phase, les mesures aversives sont renforcées et dans la troisième, si le groupe de travail le juge nécessaire, il est passé à la capture et au retrait du milieu de l’exemplaire. L’ensemble du protocole peut être consulté en ligne.

Selon les mesures qu’il envisage, «ce protocole d’ours problématiques est une formule qui peut fonctionner avec un autre bétail mais pas avec l’équidé», affirme Bruna. Il faut se rappeler que la prévention du bétail équin est très difficile, car il n’est pas possible de le grouper et de le protéger la nuit, comme c’est le cas pour les moutons. De plus, les mouvements nocturnes des ours sont imprévisibles et la réception du signal du collier GPS rend très difficile la protection effective de ce bétail.

Le conseiller note également que les mesures définies par le protocole peuvent être prolongées longtemps et ne sont pas très efficaces pour les agriculteurs qui souffrent de ce problème.

Attaque par l’ours Cachou d’une pouliche dans la commune de Vielha e Mijaran

 

 

Source : Ataque del oso Cachou a una potra en el municipio de Vielha e Mijaran

Proposition de traduction
———————————————————————
  • Jusqu’à présent, seules les attaques d’ours sur des chevaux chez le mâle Goiat avaient été constatées
  •     “Nous allons proposer à la Generalitat de Catalogne de modifier le décret 176/2007 pour faire correspondre l’indemnisation perçue dans le Val d’Aran aux attaques des ours par rapport à celles des autres territoires voisins, où elles sont plus élevées”, a déclaré le conseiller du Territoire, du Paysage et de Gestion de l’Environnement

    Hier dimanche, l’ours mâle Cachou a attaqué et dévoré une pouliche d’environ 4 mois dans la municipalité de Vielha e Mijaran. Ce fait est remarquable dans la mesure où seules des attaques sur des équidés  par le mâle  Goiat avaient  été constatées, lequel a même  tué des juments adultes.

    L’ours Cachou a été capturé en mai de cette année et un collier GPS lui a été placé pour le suivi. Grâce à ce collier, on a pu constater que cet ours était assez prédateur, puisqu’il a effectué plusieurs attaques au cours de l’été, principalement contre des colonies d’apiculture et des chèvres. Grâce au signal GPS, on a pu vérifier l’auteur sur cette pouliche, ainsi que d’autres signes, tels que des hémorragies et des ecchymoses détectées lors de l’évaluation des dommages.

    La prévention du  bétail équin est très difficile car il n’est pas possible de les grouper et de les protéger la nuit, comme c’est le cas chez les ovins. De plus, les mouvements nocturnes des ours sont imprévisibles et le décalage de la réception du signal du collier GPS rend très difficile la protection effective de ce bétail. Cependant,  au Conseil général d’Aran, on estime qu’il est nécessaire d’appliquer des mesures de conditionnement répulsif comme cela a été essayé avec Goiat.

    Le conseiller du Territoire, du Paysage et de Gestion de l’Environnement, Francisco Bruna, a déclaré que “le gouvernement d’Aran s’emploie à offrir le plus d’informations possible aux éleveurs et à leur offrir le soutien technique nécessaire pour résoudre ce problème”.

    De même, il a déclaré que «nous allons proposer à la Generalitat de Catalogne de modifier le décret 176/2007 du 31 juillet, régulateur des procédures d’indemnisation des dommages causés à l’agriculture et à l’élevage par des espèces animales protégées de la faune, afin d’aligner les indemnités reçues dans le Val d’Aran pour une attaque d’ours à celles du reste des territoires voisins, où elles sont plus élevées ».