Archives de catégorie : Vie locale

Vendredi 8 novembre – 20 h – AG ouverte à tous, adhérents et non-adhérents – Salle des fêtes de St-Béat

Proposition d’ordre du jour, sachant que nous ne ferons que ce que nous pourrons :
– Débat : 10 min maxi – Certains d’entre nous pensent que les “décideurs” font tout pour nous ignorer, nous mettre des bâtons dans les roues, voire nous dénigrer. Échanges sur cette impression. VVSB sert-il à quelque chose ? Si oui, à quoi ? Si non, cela vaut-il le coup de continuer ?
– Prix des poubelles / pétition / non-réponse de la Communauté de Communes. Nous interpellons la Cour des comptes.
– Et si nous faisions un bilan de la Communauté de communes elle-même ?
– Point sur le tunnel … et les feux … Y a-t-il quelqu’un derrière les écrans de St-Paul-de-Jarrat ?
– Déviation / Alors, ça vient ? Y a-t-il quelqu’un qui sait quelque chose ?
– Quid des travaux des berges à Saint-Béat
– Quid de la Garonne qui sort de son lit quand on ne l’attend pas
– Quid de la sécurisation des villages / aux crues
– Point sur la piste cyclable
– Les transports scolaires qui ne transportent plus les scolaires
– La Dirso continue à renvoyer les véhicules dans Fos lors des contrôles à la douane.
– Et si nous faisions à nouveau des animations, soirées, débats, projections, rencontres, …
– Définir des modes de fonctionnement plus efficaces de l’association.
– Point sur les adhésions.
– Et toute autre question, jusqu’à ce que mort s’ensuive…

Mercredi 13 novembre – Réunion d’information sur le projet d’itinéraire cyclable TransGarona

Mme VEZAT-BARONIA, Vice Présidente du Conseil départemental, nous invite à participer à une réunion d’information au sujet du projet d’itinéraire cyclable TransGarona.

Nous avions demandé qu’une telle réunion puisse avoir lieu avant que les choses soient trop avancées, au pire avant la fin de l’enquête d’utilité publique. C’est quand même agaçant à force cette façon d’agir. Enfin, une réunion après coup, on nous dira que c’est quand même mieux que rien…

Cette rencontre se tiendra donc le mercredi 13 novembre à 18 h à la salle des fêtes de Saint-Béat “afin de permettre au plus grand nombre de pouvoir y assister”. Espérons quand même que le “plus grand nombre” signifie bien que la réunion sera publique.

Le blog de Paul Tian / Ours dans les Pyrénées : année meurtrière pour les troupeaux

Article à retrouver sur le blog de Paul Tian, ICI.

Samedi, le quotidien national “Libération” a consacré sa Une et les quatre premières pages aux ours dans les Pyrénées, sous le titre de “La Bile et la Bête”. 

2019 a été une année catastrophique pour les éleveurs Pyrénéens et notamment ceux de l’Ariège avec un nombre record d’animaux (brebis, vaches, chevaux…) tués par les ours. Dans ce seul département, entre le 1er janvier et le 10 octobre, l’ours est accusé d’avoir tué 1.140 brebis, moutons et agneaux, 31 vaches et veaux, 20 juments et chevaux, selon un rapport de l’ONCFS (Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage).

Pour rappel, en 2018, 655 ovins avaient été tués par le plantigrade et en 2015… 259 !

“Libé” précise que six “patous” ont également été tués, toujours dans ce même département de l’Ariège et que “certains cadavres d’animaux n’ont pas encore été expertisés par les agents de l’Etat et les bergers commencent à peine leurs propres comptages, avec le rapatriement du bétail au pied de la montagne…”

Autant dire qu’avec ce triste record de bêtes tuées, les bergers pyrénéens sont au bord de la crise de nerf. Pour eux, la cohabitation entre l’ours et le pastoralisme est impossible.

Une situation qui rend impossible le dialogue entre anti et pro-ours, chacun campant sur ses positions.

“La question de l’ours est une affaire d’aménagement du territoire. Quelle montagne voulons-nous ? Allons-nous créer des parcs nationaux à l’américaine, sans bergers, et regrouper l’élevage dans les vallées ?” se demande Philippe Lacube, président de la Chambre d’Agriculture de l’Ariège, tout en ajoutant :

“Les écologistes doivent prendre conscience que l’agriculture de montagne est un antidote à la ferme des mille vaches…”

En conclusion de ce dossier, le chercheur Jean-Jacques Camarra, l’un des meilleurs experts de l’ours en France, soutient que l’Etat ne fera pas le tri :

“La montagne appartient à l’homme et à l’ours. Ils vont de nouveau vivre ensemble, mais cela prendra du temps”.

Reste à savoir si bergers et éleveurs pyrénéens auront la patience d’attendre… Rien n’est moins certain

Comunicado oficial del gobierno del Conselh Generau d’Aran

Ça se passe tellement près de chez nous !

Proposition de traduction :

“Communiqué officiel du gouvernement du Conseil Général d’Aran
17 octobre 2019

Face à la situation politique et sociale qui se vit ces jours-ci en Catalogne, le gouvernement du Conseil Général d’Aran souhaite mettre en exergue les questions suivantes : Continuer la lecture de Comunicado oficial del gobierno del Conselh Generau d’Aran

Qualité de l’eau du robinet ?

En France, il faut savoir que “l’eau du robinet est l’un des aliments les plus contrôlés. Elle fait l’objet d’un suivi sanitaire permanent, destiné à en garantir la sécurité sanitaire”, souligne le site du ministère des Solidarités et de la Santé. Des prélèvements sont donc réalisés régulièrement par les agences régionales de santé.
Un des aliments les plus contrôlés ? D’accord.
Alors, autant savoir quelle est la qualité de l’eau de notre robinet. Quelques surprises attendent certains d’entre nous. Jetez donc un œil sur la carte diffusée par le ministère et, éventuellement, interpellez vos élus.

(Accès direct au site du ministère ICI.)
Cliquez sur la région, choisissez la commune dans la fenêtre dédiée puis cliquez sur “Rechercher”.
Alors ? Rassuré-e ?