Archives de catégorie : Vie associative

Revue de blog : Bienvenue à bord du 30/04/2018 (Paul Tian, photojournaliste)

Saint-Béat : c’est la déviation qu’il faut inaugurer, pas le tunnel

Cette déviation de Saint-Béat/Arlos est dans les cartons depuis plus de 30 ans… Presqu’une Arlésienne !

 

Alors qu’en 2013, les travaux avaient débuté avec le percement à Saint-Béat du tunnel d’un kilomètre de long et la construction d’un pont de 270 mètres de long sur la Garonne à Arlos, les habitants de la vallée devront attendre au mieux 2024 pour voir les 500 camions et 3.000 voitures quotidiens français et espagnols l’emprunter et offrir aux habitants de la vallée un peu de bien-être et de tranquillité.

Le tunnel a été percé, le pont construit… mais il manque juste la route pour les relier !

Et non, ce n’est pas une galéjade !

Pourquoi ?

La raison officielle est que le chantier de la déviation entre le tunnel et le pont est arrêté en raison de “problèmes géotechniques” sur le tracé initialement envisagé.

 

Ainsi après coup, on aurait découvert que la route allait traverser sur une centaine de mètres une zone humide où se trouvent plusieurs sources.

Des sources qui étaient présentes… lors du lancement des études de la déviation.

Vous avez dit bizarre ?

Sans oublier qu’il y aurait aussi quelques soucis d’affectation de crédits programmés…

Donc la déviation est loin d’être terminée.

Et que pensez-vous que les autorités ont décidé de faire en ce lundi 30 avril 2018 ?

Tout simplement inaugurer officiellement… le tunnel de Saint-Béat, alors que la déviation n’existe… que sur les plans et dans les promesses électorales !

Les camions qui vont emprunter le tunnel vont se retrouver au Pont Neuf avec un système de feux dits “intelligents”. Des camions qui devront donc emprunter le tunnel de Saint-Béat pour éviter le village et qui se retrouveront donc… à Saint-Béat.

Grosse pagaille en perspective assurée…

Pour protester contre cette inauguration “partielle” de la déviation (donc uniquement le tunnel), le collectif “Vivre en Vallée de Saint-Béat” (VVSB) organise à partir de 16h, à hauteur du rond-point d’Eup une contre-inauguration avec goûter populaire partagé, festif et musical, distribution de tracts aux automobilistes et chauffeurs routiers pour expliquer leur position sur cette déviation partielle.

Les membres du collectif envisagent d’accueillir les officiels au son… des casseroles !

Un collectif qui entend demander “des explications aux autorités sur le rapport coût/efficacité de cet ouvrage de 1100 mètres aux normes les plus récentes de sécurité. Mais dont la bretelle de sortie n’ouvrira pas avant 6 ans et qui renverra donc pendant ce temps le trafic routier sur une moitié de l’agglomération, au grand dam des riverains.”

Pour rappel, le coût de la déviation était prévu au départ à hauteur de 105 millions d’euros. Il a explosé à 148 millions d’euros !

Question : était-il franchement nécessaire et opportun d’organiser une cérémonie officielle d’inauguration, ce lundi, du tunnel… alors que la déviation sera peut-être effective dans 8 ans, dans le meilleur des scénarios.

Une inauguration qui est ressentie par une partie de la population de la vallée comme une “provocation” alors que le territoire sud-commingeois connaît une crise sans précédent.

Tract rassemblement contre-inauguration du 30 avril

Ci-dessous le tract que nous distribuerons aux véhicules passant par le rond-point de Eup lundi 30 afin de leur expliquer ce qui se passe.

Reprenant les grandes lignes de l’historique, n’hésitez pas à le diffuser autour de vous.

Et ils osent aujourd’hui venir s’auto-congratuler sous nos yeux pour inaugurer une déviation inachevée ! De qui se moquent-ils ?

Télécharger (PDF, 855KB)

Notre réponse à la sous-préfète

Madame la Sous-préfète,

Vous écrivez avoir été informée que notre site internet indique “l’absence de contact avec la sous-préfète” au sujet du ou des dossiers relatifs à Saint-Béat. Nous sommes étonnés de cette affirmation dont nous ne trouvons aucunement trace sur notre site. Pourriez-vous nous éclairer davantage sur la véracité de cette information  ?

C’est d’autant plus étonnant que le compte-rendu de notre unique rencontre est toujours en ligne et accessible à tous : http://vivreenvalleedesaintbeat.org/2017/03/09/des-nouvelles-de-la-deviation/

Vous semblez en outre nous reprocher de ne vous avoir adressé aucune demande d’entretien ou rencontre depuis cette date. Justement, lors de cette rencontre, forts de plus de 150 adhérents, nous avions demandé à ce que notre association soit reconnue comme interlocuteur pouvant représenter et servir de relais avec les habitants du Saint-Béatais. Nous avons parfaitement souvenir que c’est vous-même qui aviez coupé court à toute prétention de ce type, nous administrant au passage une amicale leçon de fonctionnement démocratique car nous oubliions un peu vite qu’il y a des élus locaux pour cela.

Tenus à l’écart donc de facto de toute information, les questionnements sans réponse crédible sont légion et ouvrent la voie à nombre de rumeurs ou supputations. Vous terminez pourtant votre courrier en nous faisant part de votre disponibilité pour toute demande complémentaire. Nous profitons donc de cette occasion pour en cibler quelques-unes qui ressortent régulièrement au cours de nos débats :

– Qui assure actuellement la maîtrise d’œuvre ? Le départ annoncé de la DIRSO a-t-il ou aura-t-il une incidence sur les délais de livraison du projet, sur le montant des financements  ?

– Serait-il possible de disposer d’un état des lieux détaillé technique et financier à jour  ?

– Sur la longueur totale restant à réaliser, pour quelle raison le tronçon qui ne pose aucun problème n’a pas été mené à bien  ?

– Plusieurs habitations vont être désormais impactées, notamment pas des vibrations, alors qu’elles ne l’étaient pas auparavant. Un point zéro de leur état a-t-il été fait ?

– Les propriétaires de ces maisons se sont vu proposer l’installation d’isolations phoniques pour compenser les nuisances sonores qu’ils allaient subir. Pourquoi la même proposition n’a pas été faite à l’ensemble des riverains  ? N’y a-t-il pas là une discrimination entre des citoyens  ?

– Nous revendiquons que des contrôles réguliers soient réalisés, comparativement à un point zéro selon un calendrier précis en matière de pollution de part et d’autre du pont jusqu’au collège et jusqu’à l’emplacement actuel de la gendarmerie. Il en sera aussi ainsi pour les nuisances sonores pour les propriétés bordant la route, la solidité du pont, …

– Vous nous indiquerez aussi quels éléments seront pris en compte pour contrôler l’activité du flux routier, ses nuisances, les risques induits et quelles éventuelles mesures de sécurisation nous pourrions espérer voir être mises en œuvres.

Nous renouvelons notre demande de participation aux réunions et réflexions sur ces sujets. Toutefois, si nous ne sommes pas habilités à y participer, nous aimerions faire partie des destinataires des résultats de ces études.

Veuillez agréer, Madame la Sous-préfète, nos sincères salutations.

Dominique Boutonnet, membre et au nom du collectif d’animation