Archives de catégorie : Revue de presse

Revue de presse / Lavanguardia du 14/03/2020 – “La Catalunya rural suplica a la ciudad que se quede en casa”

Retrouvez l’article sur le site de Lavanguardia, ICI.

La Catalunya rural suplica a la ciudad que se quede en casa

Proposition de traduction ci-dessous.

“La Catalogne rurale supplie la ville de rester chez elle

Les villes avec des pourcentages élevés de personnes âgées, préoccupées par le débarquement des propriétaires de résidences secondaires ce week-end
La Catalogne rurale demande à la ville de rester chez elle

14/03/2020

“Si personne ne vient, nous serons tranquilles”, a déclaré hier matin Josep Vicent, un habitant octogénaire d’Isil, l’un des noyaux de la municipalité d’Alt Àneu, à Pallars Sobirà. Les petites localités de la Catalogne rurale avec un pourcentage élevé de personnes âgées, comme Isil, lancent un appel pour que la population des villes évite de se déplacer dans leurs résidences secondaires et limitent ainsi le risque de contagion. Un appel à la responsabilité plus que jamais nécessaire.
—————————————————————-

Le mieux que nous puissions faire est de ne pas bouger; nous sommes inquiets parce que nous avons plus de population à risque
Mario Urrea Président de l’Associació de Micropobles de Catalunya
—————————————————————-

«Nous savons que les micro-villages sont des espaces appropriés pour échapper au tourbillon de la ville, mais dans la phase d’urgence 1, s’il vous plaît, veuillez essayer d’éviter les déplacements vers les zones rurales (vieillissement de la population et, dans certains cas, difficulté d’accès aux municipalités ) #quedateencasa », implore le message publié jeudi par l’ Associació de Micropobles de Catalunya (AMC), une entité qui regroupe des villages de moins de 500 habitants. “Le mieux que nous puissions faire est de ne pas bouger ; nous sommes inquiets car nous avons plus de population à risque et les cabinets médicaux ferment, comme celui de Vallfogona de Ripollès et celui de l’Estany, pour renforcer les CAP », a expliqué hier Mario Urrea, maire de Torrebesses, à la Segrià, et président de la AMC.

Ces municipalités veulent préciser que les visiteurs, les touristes, seront toujours les bienvenus, mais que maintenant ce n’est pas le meilleur moment pour eux de se rendre dans des destinations où vivent de nombreuses personnes âgées.
—————————————————————-

Maintenant que les enfants ont 15 jours sans école, les familles viendront de Barcelone et nous aurons plus de risques de contagion
—————————————————————-

“Maintenant que les enfants ont 15 jours sans école, les familles viendront de Barcelone et nous aurons un risque plus élevé de contagion”, est l’un des commentaires que les propriétaires de résidences secondaires ont entendu hier dans les magasins de Puigcerdà, en Cerdagne . La vérité est qu’hier il y a eu un débarquement de la population dans les localités de cette région des Pyrénées, ignorant les recommandations des autorités de rester chez elles.
—————————————————————-

La meilleure chose serait que ces semaines-là les gens ne viennent pas, nous sommes déjà plus âgés, j’ai également suspendu les visites chez le médecin à Barcelone
Josep Vicent, 86 ans, voisin d’Isil
—————————————————————-

“La meilleure chose serait que ces semaines-là les gens ne viennent pas, nous sommes déjà plus âgés, j’ai également suspendu les visites chez le médecin à Barcelone”, explique Josep Vicent par téléphone d’Isil, qui à 86 ans continue de prendre soin de ses lapins, poulets et deux jardins.

Toujours à Pallars Sobirà, la mairie d’Alins a exhorté les habitants des première et deuxième résidences à éviter la «mobilité». “Considérant que la majorité de la population d’Alins est considérée comme à haut risque, il est de la responsabilité de chacun d’éviter les situations susceptibles de faciliter la propagation de la maladie”, demande de son côté le maire, Manel Pérez.

Une autre préoccupation est le retour dans la ville des jeunes qui étudient à Madrid, Barcelone, Saragosse et d’autres capitales, après la fermeture de leurs universités.
—————————————————————-
Dans le Priorat

“Que les gens ne viennent pas dans notre commune comme une alternative à la ville. Margalef a un pourcentage élevé de résidents à haut risque »
—————————————————————-

Hier, dans le café Vernet de Margalef del Montsant, avec 35% de la population de plus de 65 ans , selon l’Institut d’Estadística de Catalunya (Idescat), le groupe de retraités qui se réunissent pour jouer aux cartes chaque après-midi a décidé d’interrompre temporairement les rencontres. Cette localité du Priorat est une destination pour les grimpeurs du monde entier mais, hier, peu de gens ont été vus dans les rues. Et ce matin, le conseil municipal a également demandé «que les gens ne viennent pas dans notre commune comme alternative à la ville. Margalef compte un pourcentage élevé de résidents à haut risque et nous ne voulons pas mettre leur santé en danger. » Il a également été décidé de fermer les différents secteurs d’escalade quand l’arrivée ce matin d’alpinistes de différentes régions d’Espagne a été constatée.
—————————————————————-
Données Idescat

A Forès, 49% de la population enregistrée a plus de 65 ans
—————————————————————-

L’objectif est de protéger les personnes âgées en mettant en œuvre différentes mesures. Forès (Conca de Barberà) est la commune avec le pourcentage le plus élevé de population recensée de plus de 65 ans, près de 49%, suivie de Bausen (Val d’Aran), avec 41,4%. À Vilada, dans le Berguedà, le conseil municipal a demandé par l’intermédiaire d’un groupe de voisins sur WhatsApp que les habitants plus âgés « limitent leur vie sociale pour les prochains jours ».

La Catalogne rurale essaie de se protéger autant que possible. Hier, la Federació d’Entitats Excursionistes de Catalunya a annoncé la fermeture temporaire des 13 refuges de montagne qu’elle gère.”

Revue de presse / Le blog de Paul Tian : “Un centre culturel intercommunal sur l’aire de Fronsac ?”

Article à retrouver sur le blog de Paul Tian, ICI.
 
Un centre culturel intercommunal sur l'aire de Fronsac ?

Le 23 avril dernier, les élus de la Communauté de Communes Pyrénées Haut-Garonnaises (CCPHG) ont voté à 57 voix contre 3, le rachat de la moitié de l’aire de Fronsac (trois bâtiments abandonnés actuellement), pour 405.000 euros pour un projet “structurant pour le territoire”.

On devrait bientôt en savoir un peu plus sur ce projet, puisqu’il est à l’ordre du jour du prochain conseil communautaire du 18 février prochain à Marignac.

L’intercommunalité a donc l’intention de monter un centre culturel intercommunal sur cette aire de Fronsac.

Mardi prochain, les élus seront sollicités pour lancer un appel à projet pour ce centre culturel intercommunal…

Autant dire que nombreux sont les habitants du territoire à vouloir connaître les intentions des élus de l’intercommunalité avec ce futur centre culturel, en bord de route… 

Revue de presse / France TV Info du 08/02/2020 : “”C’est un peu compliqué de s’en sortir sans le ski” : au Mourtis, on tente de satisfaire les vacanciers malgré le manque de neige”

Le télésiège de la station de ski du Mourtis (Haute-Garonne) reste fermé par manque de neige.
Le télésiège de la station de ski du Mourtis (Haute-Garonne) reste fermé par manque de neige. (LAURIANE DELANOE / RADIO FRANCE)

L’hiver est très doux cette année, tellement que des stations de ski de basse et moyenne altitude n’ont pas assez de neige. Au Mourtis, dans les Pyrénées, les professionnels s’adaptent alors que les vacances scolaires démarrent.

Tout près du télésiège fermé, à la station de ski du Mourtis (Haute-Garonne), quelques enfants glissent en luge, sur un coin de neige, entre deux carrés d’herbe. “L’arrivée dans l’herbe, ça freine, ça c’est sûr !”, s’esclaffe Didier. Avec la douceur exceptionnelle des températures, plusieurs stations de moyenne montagne manquent de neige. Malgré cela, le Girondin, propriétaire au Mourtis, s’amuse avec son petit-fils de trois ans. “Pour lui ça suffit ! Vous savez les enfants, 5 mètres carré de neige, c’est bon pour eux. Je comptais skier mais bon, on fait autre chose. Nous on vient, c’est surtout pour changer d’air, le ski c’est accessoire !”, avoue-t-il.

>> “On voit même des cailloux qui émergent” : dans les stations de ski, la neige tarde à s’installer

Ce n’est pas le cas de Claudine. Cette grand-mère, venue de Bretagne en famille, est très déçue que le domaine skiable de la station soit fermé. “On aurait bien aimé que les petits fassent du ski, au moins apprennent un peu, du coup nos grands sont allés en Espagne”, explique-t-elle. Eux ont payé une location “assez chère, on ne peut pas partir ailleurs. Tant pis pour nous !”

Didier, originaire de Lacanau et propriétaire d\'une résidence secondaire au Mourtis, avec son petit fils sur leur luge.
Didier, originaire de Lacanau et propriétaire d’une résidence secondaire au Mourtis, avec son petit fils sur leur luge. (LAURIANE DELANOE / RADIO FRANCE)

Pas de neige, pas de cours de ski

Les huit moniteurs de l’école de ski français, eux, s’en vont dans d’autres stations des Pyrénées. Le directeur Pascal Redonnet annule les cours de la semaine : “J’ai toutes les adresses mail de mes clients et j’ai envoyé un message comme quoi je ne peux pas assurer la prestation. Cela fait plus d’une centaine d’enfants par jour.”

C’est hyper délicat, et toute notre clientèle appelle en demandant s’il va neiger, et là, la réponse est : ‘on regarde la météo comme tout le monde’.Pascal Redonnet, le directeurà franceinfo

Les commerçants font grise mise, mais espèrent se rattraper plus tard. Serge Peyroulet tient une location de ski, un restaurant et des appartements en location dans la station. Placé juste devant la principale remontée mécanique, le plus fort de son activité, c’est la location de ski. “Il n’y a pas de ski et puis on commence à voir les premières annulations dans les appartements, bon c’est limité, les gens viennent parce que, autant les remontées mécaniques sont fermées, mais pas la station !”, raconte-t-il.

Serge Peyroulet tient une location de ski, un restaurant et des appartements en location dans la station du Mourtis.
Serge Peyroulet tient une location de ski, un restaurant et des appartements en location dans la station du Mourtis. (LAURIANE DELANOE / RADIO FRANCE)

Les vacances ne font que commencer, le temps “peut changer”, espère le commerçant. “Cela fait trois mois qu’on a un anticyclone et on n’a pas eu de chance sur les tombées de neige”, ajoute-t-il.

Pour l’instant on pioche dans la trésorerie et on se refera plus tard. Nous sommes dans une station qui a un avenir en quatre saisons et si on arrive à mobiliser l’été, ça peut très bien pallier l’absence de neige du début de saison.Serge Peyrouletà franceinfo

Il faudrait au moins du froid pour produire de la neige de culture et rouvrir les remontées mécaniques. En attendant, les 30 salariés du domaine skiable sont en activité partielle et le syndicat mixte Haute-Garonne Montagne déploie son plan B. “C’est un peu compliqué de s’en sortir sans le ski, puisque le ski représente 90% de notre activité”, déplore Hervé Pouneau, son directeur. “On va mettre en œuvre beaucoup d’activités estivales, comme le VTT ou la trottinherbe, une sorte de trottinette avec des grandes roues qui permettent de circuler sur le domaine skiable”, raconte le gérant, qui n’oublie pas non plus le biathlon ou les courses d’orientation.

Hervé Pouneau, le directeur du syndicat mixte Haute-Garonne Montagne sur la station du Mourtis.
Hervé Pouneau, le directeur du syndicat mixte Haute-Garonne Montagne sur la station du Mourtis. (LAURIANE DELANOE / RADIO FRANCE)

Découvrir d’autres activités

Et si c’était l’opportunité de conquérir une nouvelle clientèle ? Faïza, l’organisatrice de ces activités veut y croire. “C’est pour nous l’occasion de faire découvrir à cette clientèle de skieurs qui n’a pas forcément l’habitude de venir à la montagne l’été d’autres activités de montage”, explique-t-elle. “Le soleil est là, il faut en profiter ! Cette stratégie, nous l’avons mise en place il y a six ans déjà puisqu’effectivement, nous croyons à une station quatre saisons, des activités toute l’année, pour faire vivre ces stations de moyenne altitude”, conclut-elle.

Les commerçants du Mourtis confient qu’ils vont serrer les dents cet hiver et déjà préparer leur deuxième saison, de l’été prochain.

Au Mourtis, les professionnels s’adaptent alors qu’on manque de neige – Reportage de Lauriane Delanoë
 

Revue de presse / Le blog de Paul Tian : “Saint-Béat : toit de l’école envolé, inondation dans la rue principale… “

Saint-Béat : toit de l'école envolé, inondation dans la rue principale...

Après la tempête du matin qui a emportée le toit de l’école (lire ici), pour la quatrième fois en moins de deux ans, Saint-Béat a de nouveau vu la Garonne s’inviter dans sa rue principale, l’avenue du Général Galliéni, par le tunnel de la villa Roxane et par l’intérieur de certaines bâtisses.

A partir de 22h, les autorités ont même fermé l’accès à la rue, en mettant en place une déviation vers le tunnel, qui par chance était ouvert…

La hauteur d’eau mesurée est identique a la dernière crue du 23 octobre dernier. Le pic a été atteint à 23h.

Pour les débits, impossible de le savoir ; en effet, depuis les récents travaux de consolidations des berges, la mesure de la station du vieux pont est erronée. 

Tous les petits affluents sont venus grossir la Garonne. Le seul Modan de Melles a dépassé les 25m3/s.

Quant aux systèmes d’alertes imposés par la Préfecture, ont-ils fonctionnés ? A Fos, il n’existe plus. 

Pour Saint-Béat, il faudra poser la question…

Ce matin j’ai relevé 29.0mm au pluviomètre Hier 47.0mm. Donc, entre jeudi 12 décembre 7h30 et ce samedi 14 décembre 7h30, le cumul est de 76.0 mm en 48h.

Hier soir, à 23h, le pic de crue à Saint-Béat était de 2.18 m à la station en amont du pont neuf.

(Photos © Jean-Pierre Ladère)

(Retrouvez la totalité de l’article et les autres photos directement sur le blog d Paul Tian , ICI.)