CONTRÔLES AU POSTE FRONTIÈRE DE FOS

Copie de notre courrier envoyé aujourd’hui même à la sous-préfète.


Madame la Sous-Préfète,

A l’occasion du G7, nous avions convenu d’une organisation des contrôles de police au poste frontière de Melles / Fos amenant les véhicules à être redirigés vers la route nationale après leur passage aux aubettes au lieu d’être incités à traverser le village.

Il nous semblait que ce nouveau plan de circulation, testé suite à notre manifestation fin août, avait été définitivement validé par la préfecture. Si ce n’est pas le cas, quelles en sont les raisons ?

En effet, nous en sommes à nous interroger sur la bonne volonté d’exécution de ce que nous pensions être devenu la consigne. A plusieurs reprises, les plots ont été installés de manière à empêcher les riverains même (habitants de Fos et de Melles) à continuer vers le village, les obligeant également à faire le tour par la déviation pour accéder à Fos par l’entrée nord. Il s’avère que désormais, c’est à dire une à plusieurs fois par semaine, les services de la Dirso  n’organisent plus du tout un tel retour vers la déviation mais, au contraire, mettent en place des plots pour contraindre clairement les véhicules à passer par le village. C’est aujourd’hui encore, et en ce moment-même, le cas. Souvent d’ailleurs, une telle organisation est même mise en place sans qu’aucune force de police ne vienne effectuer quelque contrôle que ce soit.

Vous serait-il possible d’intervenir au plus tôt afin que les agents de la Dirso mettent en œuvre de façon pérenne un retour des véhicules vers la déviation après leur passage aux aubettes et en laissant bien entendu le passage libre aux riverains ?

Nous profitons de ce courrier pour vous rappeler notre suggestion que, si les contrôles aux frontières devaient se poursuivre, ce qui semble bien être le cas, le projet initial de déplacement des aubettes de l’autre côté du rocher du Sériail, soit réhabilité.

Avec nos remerciements,


Réponse rapide de la sous-préfète. Absente, elle transmet. Elle dit qu’elle n’était pas au courant et assure qu’il s’agissait bien pour elle de trouver une solution pérenne. Si besoin, elle organisera une réunion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *