Saint-Béat : démission du maire Alain Frisoni

Article à retrouver sur le site de Luchonmag, ICI.

Le maire de Saint-Béat nous a confirmé avoir envoyé sa démission, la semaine dernière, à la sous-préfecture de Saint-Gaudens. Outre des soucis de santé et le besoin de retrouver sa famille qu’il voit de moins en moins en Lorraine, Alain Frisoni fait ainsi partie de ces très nombreux maires de petites communes rurales qui “jettent l’éponge” car leur fonction, sans moyens humains ni techniques, est devenue de plus en plus difficile. De nombreux élus pointant également “la défiance de l’Etat” vis à vis d’eux. Des maires ruraux qui, dimanche, à l’issue de leur congrès national à Saint-Léger-les-Mélèzes, dans les Hautes-Alpes, ont appelé à ne pas transmettre les résultats des futures élections européennes de mai 2019. Toutefois, Alain Frisoni tient à remercier la sous-préfète de Saint-Gaudens Marie-Paule Demiguel ainsi que les services de la Direction Départementale des Territoires (DDT) de la Haute-Garonne, pour l’avoir aidé dans de très nombreux dossiers compliqués, “Saint-Béat étant une commune très difficile”.

Mercredi 26 Septembre 2018

Alain Frisoni avec Carole Delga, présidente de la Région Occitanie (Photo archives © Paul Tian)

Alain Frisoni avec Carole Delga, présidente de la Région Occitanie (Photo archives © Paul Tian)

Une réflexion sur « Saint-Béat : démission du maire Alain Frisoni »

  1. Alain Frisoni a fait le bon choix. Et on ne peut que respecter sa décision.
    Et maintenant?
    Qui pour prendre la relève?
    Déjà ce matin, les pronostics vont bon train.
    Un premier choix entre la petite peste et le choléra?
    Espérons Saint-Béataises et Saint-Béatais qu’un autre choix va s’offrir à nous!
    Dans tous les cas, il faut faire pression, pour que ce malheur ne nous arrive pas!
    Ce qu’il faut, c’est un Maire jeune et dynamique, qui aura d’autres ambitions que de soigner son égo, d’avoir une cocarde sur son parebrise, et de se faire photographier avec toutes celles et ceux, qui ont bien participé, au déclin de notre cité, et plus largement de la vallée.
    Il devra aussi s’entourer de personnes compétentes, autre que des braillards (es) qui plombent les réunions de travail.
    Pourquoi pas le retour, d’une personne que tout le monde a su apprécier?
    A vous de jouer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *