Revue de presse – La Dépêche du 10/05/2018 – L’accumulation de neige sur les sommets renforce le risque de crues

Retrouvez l’article dans son intégralité directement sur le site de La Dépêche, ICI.

Télécharger (PDF, 107KB)

2 réflexions sur « Revue de presse – La Dépêche du 10/05/2018 – L’accumulation de neige sur les sommets renforce le risque de crues »

  1. Il est certain que le pire n’est pas sur. Une crue est, le plus souvent, le résultat d’une addition d’ incidents : la pluie pendant une période de chaleur sur une accumulation de neige ,le tout sur une nappe phréatique saturée, la probabilité de crue est plus élevée qu’en période de sécheresse !
    Affirmer ,comme le fait Météo France,que la neige n’intervient que pour 10 à15 % dans les phénomènes de crue me parait hardi!
    En 2013 la crue s’est produite le 18 juin,elle a emporté la balise de Bossost. Il a fallu attendre le mois de novembre pour que l’administration ( que j’avais alerté et je n’étais surement pas le seul) réalise la chose! c’est dire l’intèrêt qu’elle porte à la chose.

  2. La lecture de cet article demande une attention particulière.
    D’une part, rien n’exclut, d’ici peu, d’avoir de nouveaux épisodes de crues violentes.
    D’autre part quand on lit.

    …Une nouvelle station de mesure a ainsi été créée à Saint-Béat et est aujourd’hui intégrée dans le réseau surveillé par Vigicrues…
    Ouais, pour alerter l’aval de la vallée. Le tronçon Pont-du Roy/Chaum n’est pas intégré dans la cartographie. Zone blanche !

    …Une collaboration avec les services de la confédération hydrographique de l’Ebre compétente sur la Garonne espagnole a été initiée en vue d’améliorer l’échange de données et la prévision sur la Garonne…

    Bien sûr, 98 m3/s à Bossost ce n’est pas alarmant.
    Sauf qu’ils se transforment en 174.0 m3/s à Saint-Béat.
    La question qui se pose.
    Soit ils sont très cons et incompétents.
    Soit ils connaissent très mal le système hydraulique du Val d’Aran.
    Soit il y a un manque de stations de mesures dans des endroits stratégiques.
    Le manque aussi de la surveillance par un fonctionnaire de l’État sur place accrédité.
    On peut aussi se demander s’il était bien opportun d’appliquer – au vue des conditions à l’aval du barrage de Plan d’Arem (Maudan, Mouras, Labatch, Lez en forte crue) – la consigne de crue qui consiste à abaisser le niveau de la retenue à -4.00 m. Ce qui ne peut se faire qu’en créant un sur-débit à l’aval. Suffisant pour mettre les pieds dans l’eau les habitants de Saint-Béat.
    La balle est dans le camp du maire de Saint-Béat.
    Qu’il demande à la DREAL d’obtenir les groupes horaires de toutes les manœuvres et courbes d’abaissement de niveau afin de vérifier et d’analyser la corrélation entre ce qui est mesuré à l’amont et ce qui est mesuré à l’aval.
    Avec cette nouvelle consigne, personne n’est averti. Consigne validée par la préfecture.
    Par le passé, à partir de la déclaration de crue fixée à 90 m3 entrée barrage, l’exploitant se devait d’avertir toutes les administrations concernées et les maires des communes à l’aval.
    De passer la crue à RN, en évitant surtout de créer le moindre sur-débit !

    Autre point:
    …Par ailleurs, des réunions d’information sont organisées, en lien avec l’Association des maires de Haute-Garonne. Les prochaines auront lieu le jeudi 31 mai 2018 à 14 heures et le vendredi 1er juin 2018 à 14 heures. Celle-ci se tiendra salle communale de la Muscadelle, rue de la République, à Pinsaguel…

    Je serais curieux de connaître quels seront les maires de notre ComCom qui sont concernés par les crues présents à cette réunion !
    Même si cela ne les intéresse pas.
    C’est pourtant une bonne occasion de faire au retour ses courses à la ZA de Portet ;-), frais de déplacement payés.

    Et pour finir
    …En Haute-Garonne, les services de l’État ont donc opté pour une stratégie qui consiste à prévoir et anticiper les crues à défaut de se donner les moyens de guérir les inondations….

    On vient de voir le résultat !
    Et la fin de la phrase est explicite !
    Il faut y lire “A défaut de ne rien faire.”
    Si maintenant, vous n’avez pas compris! 🙁
    Souhaitons nous courage, pour la suite !
    Prévoyons batardeaux, raclettes, serpillères, pompes, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *