Revue de presse : Actu-Toulouse – Le tunnel de Saint-Béat ouvre enfin mais la déviation vers l’Espagne sera en fait un « piège »…

(Retrouvez cet article sur le site d’Actu-Toulouse ICI et ne manquez surtout pas les commentaires de leurs lecteurs sur leur page Facebook ICI.)

Voici la déviation la plus mal fichue de France ! Les détails

Très attendue, la mise en service de la déviation de Saint-Béat par le nouveau tunnel en mai 2018 ne sera (pour le moment) qu’un gros piège. On vous explique pourquoi…

Le village de Saint-Béat, au sud de la Haute-Garonne, va être contourné partiellement grâce à l’ouverture du tunnel le 30 avril 2018 (©Creatives Commons/ BY-SA 3.0)

La réalisation du tunnel de Saint-Béat et la déviation du dernier gros bourg de la Haute-Garonne avant l’Espagne constituent un vieux serpent de mer de l’aménagement routier de notre territoire au même titre que la finalisation en 2X3 voies du périphérique de Toulouse. Cela fait des années qu’il en est question.

Lundi 30 avril 2018, le tunnel long d’un kilomètre va enfin être inauguré après plusieurs années de travaux et avec quelques mois de retard sur le calendrier initial. Il doit permettre de dévier les nombreux camions qui transitent par le Val d’Aran et doivent jusqu’ici traverser Saint-Béat et sa rue principale sinueuse.

Cette déviation permettra à terme de gagner du temps en direction de l’Espagne, de Bossost, de ses stations aux carburants moins chers, de ses « supermercat » aux promotions avantageuses et de Baquiera-Beret pour les amoureux du ski. Mais pas tout de suite…

La déviation de Saint-Béat n’est que partielle…

En effet, ce n’est qu’un tronçon de déviation et non la déviation entière du village qui va être inauguré le 30 avril et mise en service le 3 mai 2018.

Une déviation partielle qui au lieu de rendre service risque bien au final de causer plus de difficultés que proposer une solution efficace comme en témoigne le carton d’invitation pour l’inauguration du tunnel, envoyé par les autorités, et sur laquelle l’on peut distinguer un plan de la déviation qui va être proposée aux camions..

Voici le carton d’invitation pour participer à l’inauguration de la déviation partielle de Saint-Béat

La déviation provisoire (qui va durer plusieurs années) va permettre de contourner Saint-Béat par un tunnel avant de ramener le flux des véhicules au cœur du village… (©Préfecture de Haute-Garonne)

Contourner Saint-Béat…pour finalement être obligé de passer dans le village

Sur ce carton, l’on peut  voir les deux giratoires réalisés de part et d’autre du tunnel, tunnel ici symbolisé par des pointillés. Ce tunnel débouche donc sur un giratoire réalisé au niveau de la route du col de Mente (giratoire sud sur le plan). Un giratoire « cul de sac » la déviation n’étant pas terminée. Les camionneurs et les automobilistes qui auront utilisé le tunnel n’auront donc comme seule alternative que de redescendre…vers le centre-ville de Saint-Béat, traverser la Garonne puis prendre un virage à angle droit pour reprendre la traditionnelle route de l’Espagne…

Une situation ubuesque qui va voir les semi-remorques devoir manœuvrer en angle droit en plein village. Une situation qui nécessite la mise en place de nouveaux feux tricolores afin que les camions puissent manœuvrer à l’intersection avec la route historique du village et qu’ils ne se retrouvent pas trop nombreux sur le pont neuf qui a été solidifié par le Conseil Départemental après les terribles inondations de 2013. Pont qui va être sollicité comme jamais dans les mois et les années à venir.

Le conseil départemental rassure tout de même :

Ce pont, comme tous les ouvrages sous la responsabilité du Département, a fait l’objet d’un suivi assidu. Les tests de solidité ont été effectués et il n’y aura aucun problème de portance avec le nouveau trafic généré par la déviation provisoire. Une pile du pont avait été fragilisée pendant la crue de 2013 suite à l’encastrement d’une caravane mais elle a été consolidée depuis.

« La solution aurait été que le tunnel reste fermé »

Au-delà de cette considération technique, celui qui croyait gagner du temps en utilisant le tunnel et en passant hors de Saint-Béat comprend désormais qu’en passant par le tunnel, il va devoir quand même passer par Saint-Béat et finalement en perdreUn vrai « piège » se profile donc comme le pressent le maire de la commune, Alain Frisoni.

Cette déviation partielle va certes soulager le village de Marignac situé en amont de Saint-Béat et nous, nous allons subir un impact sur une partie du village. La route par laquelle les usagers du tunnel vont devoir redescendre vers le bourg, après avoir franchi le tunnel, va être encombrée par une enfilade de camions, surtout en pleine saison. D’autant plus qu’un nouveau système de feu tricolore a dû être mis en place. La meilleure solution aurait été que le tunnel reste fermé et que les travaux de la déviation puissent continuer pour réaliser les 2,5 kilomètres qui manquent pour contourner totalement Saint-Béat.

Un pont flambant neuf recherche…routes où se connecter

Jeudi 26 avril 2018, à une semaine de la mise en service de la déviation partielle, Alain Frisoni ne savait toujours pas si une interdiction de circulation des camions au centre historique de Saint-Béat allait être prise en parallèle de l’ouverture du tunnel…

Emprunter le tunnel, contourner une partie de Saint-Béat pour finalement revenir dans le village : la situation va durer au minimum jusqu’en…2024, le temps pour les services de l’Etat de réaliser les 2,5 kilomètres qui manquent et qui permettront de relier le giratoire sud au pont d’Arlos, un pont flambant neuf construit sur la Garonne spécialement pour la déviation qui deviendra utile…quand il sera relié à des routes.

Le maire de Saint-Béat avoue d’ailleurs son incompréhension devant ce chantier ubuesque et risible si les habitants de Saint-Béat n’en subissaient pas au quotidien les retards successifs.

Je ne comprends pas pourquoi ce chantier des 2,5 km ne va pas plus vite désormais. Tout est acté, les moyens financiers sont disponibles m’a-t-on dit…

La zone humide a été un pavé dans la mare

Le chantier de finalisation de la déviation est arrêté en raison de « problèmes géotechniques » sur le tracé initialement envisagé. La route aurait dû traverser sur une centaine de mètres une zone humide, siège de plusieurs sources connues de tous au lancement des études…

Un problème visiblement sous-évalué au moment des premières études et qui nécessite maintenant de modifier le projet. Un pavé supplémentaire alors que la mare des ennuis de la déviation de Saint-Béat était déjà remplie depuis des années.

Les riverains, eux, en ont marre. Pour le collectif Vivre en vallée de Saint-Béat, c’est « un fiasco qui va être inauguré le 30 avril, fruit d’erreurs accumulées depuis des années ». Ils ont décidé de demander des explications aux autorités qui seront présentes le jour de l’inauguration du tunnel, un ouvrage qui a coûté 53 millions d’euros sur les 141 millions d’euros du projet global.

Ils organiseront un rassemblement ce jour-là à proximité du lieu de l’inauguration.

Sollicitée, la préfecture de Haute-Garonne n’a pas souhaité commenter ce dossier avant l’inauguration du 30 avril.

Une réflexion sur « Revue de presse : Actu-Toulouse – Le tunnel de Saint-Béat ouvre enfin mais la déviation vers l’Espagne sera en fait un « piège »… »

  1. Excellent article de presse, qui valorise nos revendications et contestations.
    Il faut le diffuser un maximum sur les réseaux sociaux.
    Le fiasco annoncé de l’inauguration de lundi est en bonne voie.
    Il est fort possible, que les camions satellites des plus grandes chaînes d’info nationale convergent vers notre vallée!
    Tant le sujet commence à intéresser.
    Il semblerait que ces problèmes techniques lors de projets de contournement deviennent récurrents …
    Il en existe déjà de nombreux dans la région.
    Tous, comme par hasard, se soldent par un doublage du coût final. Ecrevisses à pattes blanches, marécages, sources pétrifiantes, rochers amiante etc Tout est bon pour faire durer le plaisir, avec un surcoût exorbitant.
    On peut tout penser, et l’état va devoir y mettre un peu plus le nez dedans.
    La réussite de cette manifestation, sera un must pour celles et ceux qui, depuis des années, se battent contre une administration et des élus qui nous prennent pour des neuneus.
    A lundi! Venez en force! N’oubliez pas les casseroles!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *