El Conselh Generau d’Aran elaborará un estudio medioambiental de la N-230

Source : El Conselh Generau d’Aran elaborará un estudio medioambiental de la N-230

Proposition de traduction :
———————————
Le Conseil Général d’Aran va préparer une étude environnementale de la N-230
22 décembre 2017
Vielha, le 22 Décembre 2017.- Le Conseil Général d’Aran a contacté la Direction générale de la qualité de l’environnement et du changement climatique de la Généralité de Catalogne pour la préparation d’une étude sur la pollution sonore et les émissions de gaz et dioxyde de carbone sur la route N-230 dans sa traversée par la vallée d’Aran.

Le syndic d’Aran, Carlos Barrera, a expliqué que cette étude sera réalisée durant la période prévue pour les travaux de consolidation de la zone instable qui menace un tronçon de la N-125 (RD44) en France passant par le village de Saint-Béat. Situation de danger qui a provoqué la restriction de passage pour les véhicules de plus de 8,5 m de longueur à son passage dans cette ville, et qui a un impact direct sur ce type de transport qui circulait quotidiennement sur la N-230 vers la France .
Bien que l’étude sur les émissions de gaz se fera sur les paramètres fixés par la réglementation de l’UE, la mesure de la pollution sonore doit être faite en situation comparative de trafic ; en raison des circonstances décrites ci-dessus, c’est donc le moment de la réaliser sans le trafic quotidien des camions.
Le Conseil Général d’Aran est au courant de la publication imminente du processus d’information publique de l’étude des améliorations de la N-230 rédigée par le ministère des Travaux publics.
A l’occasion de cette période d’information publique, le Conseil Général d’Aran vérifiera si la proposition rédigée par le Conseil Général lui-même est en accord avec la proposition du ministère. Dans le cas où il y aurait un des aspects soulevés par le Conseil Général d’Aran qui ne serait pas pris en compte par le ministère des Travaux publics, des remarques pertinentes seront présentées et l’étude environnementale y sera intégrée pour ouvrir un éventuel débat sur des itinéraires alternatifs pour le transport lourd.

Selon les critères du Conseil Général d’Aran, le territoire aranais est considéré comme écologiquement sensible, et incompatible pour continuer à supporter le volume de trafic quotidien du transport lourd.
Il est rappelé que l’étude de l’amélioration urgente de la N-230 dans sa traversée de la vallée d’Aran comprend la construction de ronds-points aux intersections les plus dangereuses, la liaison de la N-230 avec la N-260, le croisement avec la route de la vallée de Boi, et la construction de 13 km d’une troisième voie de dépassement qui pourrait être réversible, uniquement pour les véhicules de tourisme dans les zones de terrain plus favorable, afin de fournir une plus grande sécurité pour les dépassements, étant donné que les sections actuelles sont absolument insuffisantes par rapport au transport lourd qu’absorbe la N-230 quotidiennement. Le budget de ces travaux selon cette étude est de 90 millions d’euros.
Enfin, Barrera a rappelé que la situation actuelle sur la N-230, sans le passage des camions, nous ramène aux paramètres de la sécurité routière des années 1970.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *