“Dialogue citoyen” – Questionné au sujet de la solidité du Pont-Neuf, le Conseil départemental renvoie la balle vers l’État et ses responsabilités

Du 4 novembre au 16 décembre, le Conseil départemental organise une campagne de 12 réunions publiques de proximité ayant vocation à favoriser un dialogue citoyen entre les élus, les services du Département et les citoyens. La première s’est tenue à St-Gaudens, réunissant une soixantaine de participants. A cette occasion, au nom de l’association, Bernard Jacquin a fait part de nos questionnements et inquiétudes quant à la capacité du Pont-Neuf de supporter le flux routier auquel il serait soumis si l’État s’entêtait à mettre en œuvre son projet de “déviation de la déviation”.

C’est Bertrand Looses, Directeur général des services du Conseil départemental, qui s’est chargé de répondre. Ci-dessous la vidéo de cette intervention ainsi que sa retranscription dans son intégralité. Pour mémoire, rappelons enfin les propos qu’avait tenus Pierre Izard en décembre 2014 dans un courrier en réponse à l’Association des riverains et voisins de la RN 15 : “Si une phase provisoire consistant à ouvrir dans un premier temps le tunnel de Saint-Béat est proposée, celle-ci ne pourra se faire qu’après concertation avec les élus et avec les riverains et à condition d’être temporaire”.

Dernière précision, la réunion de dialogue citoyen concernant notre canton XXL se tiendra vendredi 2 décembre à 18 h 30 à la salle de la mairie de Barbazan. Qu’on se le dise !


2016-11-04 rencontre citoyenne-pont de Saint-Béat par mcabe

Retranscription de la réponse de Bertrand Looses, Directeur général des services du Conseil départemental en réponse à une question posée sur la réalité de la solidité du Pont-Neuf de Saint-Béat (réunion “Dialogue citoyen” du 4 novembre 2016 à St-Gaudens)

“Premièrement, le chantier du tunnel et de la déviation de Saint-Béat/Fos/Arlos, c’est l’État qui est maître d’ouvrage. Donc, s’il y a des éléments à demander, il faut les demander au préfet. Je rappelle que c’est un projet qui est fortement soutenu par la Région et par le Département puisque, de manière exceptionnelle, c’est le Département qui est le premier financeur. Ensuite, dans le cadre des difficultés qu’a rencontré la mise au point du projet, notamment la partie de déviation à la sortie du tunnel (vous le savez bien…), l’État a proposé, ce qui nous plaît pas plus qu’à vous, mais bon ! …  c’est une phase on  va dire “intermédiaire … nécessaire” … d’utiliser cet ancien pont. Le Département a demandé, avec la Région, que la route entre la sortie du tunnel et l’ancienne route nationale soit reprise, réhabilitée, qu’on réalise des trottoirs, etc … pour avoir un vrai projet qui mette tous les habitants en sécurité, et notamment les petits enfants de Saint-Béat et nos collégiens puisqu’il y a le collège qui est juste à côté.
Et ensuite, évidemment, il est  de la responsabilité de l’État de mener toutes les investigations d’ouvrage nécessaires pour produire les documents qui démontreront que le pont est capable de soutenir le trafic. Et si c’est pas le cas, hé ben l’État le reconstruira. Moi, ça m’est arrivé dans ma carrière ; on avait revérifié le calcul d’un ouvrage et les calculs qui nous ont été donnés ont démontré que l’ouvrage devait être tombé. Donc, ça a été très simple ; on a démoli l’ouvrage et on a reconstruit. Voilà. Donc, de ce point de vue-là, il n’y a aucune inquiétude à avoir pour la population. Il n’y a aucune marge de risque qui sera prise.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *