Tribune libre – Lettre ouverte au sous-préfet suite à la réunion publique du 12 juillet 2016 à St-Béat – Par Philippe Prax

(Lettre encore sans réponse à ce jour, le 7 août 2016)

Télécharger (PDF, 1.12MB)

Pièces jointes

  • Dossier de presse complet de la conférence du 10 mars 2014 du président de la Confédération Hydrographique de l’Èbre devant les élus du Val d’Arán (présentation des conclusions du rapport sur les inondations dans le Val d’Arán avec des actions pour améliorer la gestion lors de ces épisodes).

(Version originale en espagnol à gauche – version en français traduite par Myriam Motte-Saez de Fos, à droite)Image rapport De Pedro version espagnol      Image rapport De Pedro version français

  • Lettre du 16/01/2014 de P. Izard – Président du SMEA 31 – à la CCC de Saint-BéatIzard - SMEA - 16012014

5 réflexions sur « Tribune libre – Lettre ouverte au sous-préfet suite à la réunion publique du 12 juillet 2016 à St-Béat – Par Philippe Prax »

  1. Je suis intéressé par les photos du barrage d’ARTIES mais je ne sais pas les capter.
    J’ai des données intéressantes puisque j’ai couché sur un cahier la montée des eaux, heure après heure, à Saint-Béat, rue de LANGLADE, à CAUBOUS et au CAMPAS sur EUP. Le pic de montée des eaux a eu lieu après 21 heures le 18 juin 2013.
    C’est important parce qu’il est plus élevé qu’en 1887, crue de référence qui délimite le lit majeur du fleuve.
    En 1887 les ruisseau du TORAN, MELLES , RIU SEC et ARGUILLET étaient en crue alors que ce ne fut pas le cas le 18 juin.
    Il faudrait connaître l’heure à laquelle la digue du barrage d’ARTIES a cédé. Je pense que l’eau met 4 heures pour arriver à SAINT-BEAT.
    On ne peut pas exclure que dans la soirée EDF ait ouvert les vannes du PLAN d’AREM ; c’est leur habitude juste avant la nuit. Beaucoup d’interrogations ; on est pris pour des rigolos et pendant ce temps l’ONEMA verbalise pour nous la faire fermer.
    Merci à monsieur PRAX d’avoir motivé ces commentaires.

    1. Pour les photos Clic droit sur la photo et Enregistrer sous…

      Pour moi, l’incident d’Arties au niveau de notre vallée n’est pas l’élément sur lequel il faut se focaliser…
      Comme je l’ai écrit il faut aller chercher des infos ailleurs et CHEZ NOUS.
      Après 3 ans il serait temps…
      Ces demandes auraient dues être faite par les élus des communes impactées auprès de la Préfecture et des services compétents. Encore fallait il y penser et ne pas avoir peur de je ne sais quoi!
      Pour le pic à Saint-Béat, les données officielles validées pour le 18 juin 2013 sont celle-ci :

      Statistiques :

      Ecoulement mensuel
      Validité : #
      Débit moyen : 93.90 m3/s
      Débit moyen spécifique : 147.00 l/s/km2
      Lame d’eau : 380.0 mm

      Ecoulement naturel reconstitué
      Validité : #
      Débit moyen : 93.90 m3/s
      Débit moyen spécifique : 147.00 l/s/km2
      Lame d’eau : 380.0 mm

      Maximum instantané
      Débit : 368.0 m3/s
      Validité : #
      Date : 18/06/2013 11:35
      Hauteur : 353.0 cm
      Date : 18/06/2013 11:35

      A savoir tout de même que le sigle # veut dire que le code de validité de l’année-station est validé douteux
      C’est pour cela que j’ai déjà écrit que le Q de Bossost et Saint-Béat sont estimés et douteux.
      Il faut donc aller chercher l’info ailleurs. Et, vous aurez des surprises si vous arrivez à savoir la vérité… 🙂
      Mais normalement, ce n’est pas à nous de faire cette démarche, mais ceux pour qui on avait glissé un bulletin de vote…

  2. J’étais un peu surpris de n’avoir pas reçu de réponse à ma lettre du 22/07/2016. En général, la réponse type est du genre : “Nous avons bien pris note de votre courrier et nous le transmettons aux services concernés.” Le pluriel signifie que votre lettre va se perdre dans le puits sans fond de l’administration. La réponse du 2 août reçue le 8 ne déroge pas à la règle.
    Philippe Prax

    1. D’ailleurs, pourquoi insister!
      Puisqu’ils ont clairement dit que leurs seuls interlocuteurs étaient les élus!
      Pour ma part, j’attends le retour de vacances de certains Ministres et, je vais agir autrement…
      Tant pis, si par la suite, cela génère des dommages collatéraux ….

  3. On a déjà pas mal écrit sur le sujet et notamment sur le site de “Sortir de l’eau”
    La lecture du premier Rex Espagnol est aussi nécessaire pour bien comprendre l’événement.
    Certes l’incident d’Arties à contribué à une brusque montée du débit, mais si pic il y a eu au niveau de notre vallée, il faut aller chercher la réponse ailleurs…
    Si l’on analyse les données Espagnoles et Françaises, de toute évidence il y a quelque chose qui cloche.
    Il faut tout de même prendre en considération que pour l’Espagne il s’agit d’estimation. La station de Bossost étant HS au moment du pic + de toute façon débordements.
    Pour Saint-Béat on a une hauteur d’eau mais une mesure de débit qui ne peut être qu’estimée vu les débordements et la configuration du site de mesure.
    Le seul endroit où il pouvait y avoir une mesure fiable c’était au barrage de Plan d’Arem.
    Et là … je vous laisse gratter… 🙂
    Quelques photos de la fameuse PRISE d’eau d’Arties après les inondations, pour ceux qui ne connaissent pas.
    http://meteopallars.blogspot.fr/2013/07/despres-de-les-inundacions-arties.html
    Quant à écrire au Préfet ou au Sous-Préfet, je pense que nos courriers servent à faire des confettis pour les arrosages de promotions…
    J’ai écris aussi un courrier recommandé avec AR au sujet des dispositifs d’alerte de crue en juin 2015, + des eMails. A ce jour aucune réponse.
    1eMail par jour durant le mois de juillet sans réponse, sauf la messagerie automatique de mon correspondant m’indiquant régulièrement, ses déplacements en formation!
    Peut-être que lorsqu’il aura fait son stage de savoir vivre, j’aurai droit à une réponse ???
    Je suis patient. J’attends 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *