Un air de déjà lu ! Carole Delga soutient les enseignants grévistes du collège de Saint-Béat

Carole Delga vient de répondre aux enseignants du collège qui étaient en grève le lundi 24 avril pour protester contre la fermeture programmée du dispositif dit “innovant” censé compenser la fermeture de la Segpa. Elle dit partager la même incompréhension et les assure de son  attachement à la qualité du service public proposé aux citoyens de notre Région, surtout en matière d’éducation.

Pour ceux qui auraient la mémoire courte, relisez sa prise de position de l’an passée ICI. On y avait cru. A tort car elle s’en était arrêtée là.

Nous garderons par contre en mémoire les arguments qu’elle avait tenus lors de sa venue à St-Béat le 12 juillet dernier pour justifier son inaction “Le Dasen avait avancé des arguments « pédagogiques » en faveur du dispositif devant être mis en place en remplacement de la Segpa  ; reconnaissant son incompétence en la matière, elle n’était donc pas en mesure de les discuter. La rectrice elle-même n’est pas favorable au maintien de cette classe ; c’est dire  ! Elle refuse d’intervenir plus fortement, de taper du poing sur la table, assumant les limites de son autorité d’élue  ; il n’est pas dans son rôle de forcer la main d’un fonctionnaire.”

 

Déviation de Saint-Béat – Les riverains interpellent les financeurs (ou plutôt, ceux qui gèrent par délégation nos finances)

Initiative citoyenne.

Une bonne centaine de riverains de la route d’Espagne (les plus concernés, entre le Pont-Neuf de Saint-Béat et celui d’Arlos) et, bien entendu, les habitants de l’avenue de la Brèche-Romaine (par où est envisagé un raccordement “provisoire” à la sortie sud du tunnel) interpellent aujourd’hui par courrier les responsables des collectivités engagées dans le financement de la déviation de la N125 sur Arlos / Saint-Béat, à savoir Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, Georges Méric, président du Conseil départemental, et Pascal Mailhos, préfet de la Haute-Garonne et de la Région.

La plupart des signataires suivent le dossier depuis des dizaines d’années et sont consternés de voir que l’achèvement du projet est remis à bien plus tard et que les administrations s’orientent vers une mise en service du seul tunnel, coûte que coûte, et à bref délai. Ils sont lassés de l’absence évidente de prise en compte de leur situation, de l’obstination des administrations à prévoir pour de nombreuses années le détournement de l’important flux routier, notamment celui des poids-lourds, vers le Pont-Neuf de Saint-Béat sous dimensionné ; suivant un circuit complexe et tortueux passant juste au-dessus de la piscine, du collège, du groupe scolaire, de la perception et de la (future) Maison de santé … avec pour passage du pont un sens unique alterné géré par “feux intelligents”.

Avec un chantier en demi-sommeil depuis plusieurs années, depuis le percement du tunnel et la pose du viaduc d’Arlos,

avec un budget qui explose (passant de 105 à 142 millions d’euros),

après une mise en service de la déviation dans son intégralité annoncée pour 2016, puis repoussée à 2019-2020,

ils apprennent maintenant que

tous les travaux seront à nouveau stoppés,

et ne reprendront pas avant 2019

… et que …

la jonction au viaduc d’Arlos en attente n’interviendrait pas, quant à elle, avant 2023-2024 !

« Qui dit mieux ? » interroge le courrier des riverains dont nous reprenons ici les propos.

« On évoque toujours les fameuses sources pétrifiantes et leur environnement qui imposeraient de nouvelles études !

Nous sommes vraiment très étonnés que ce problème soit encore à résoudre car il y a très longtemps que ces sources sont connues.

Leur existence et des solutions possibles sont d’ailleurs mentionnées dans les demandes de dérogation formulées par la DREAL en 2011 (sources du Mail des Pins et du Plan).

Comment est-il possible que le problème n’ait pas été résolu par les services compétents depuis tout ce temps ?

Les signataires (et contribuables) voudraient comprendre. Quel est le point de blocage ? Est-il nouveau ? Quelle est l’instance bloquante ? Un ministère parisien ? Bruxelles ? Quels progrès depuis 2015 ? Comment la DREAL traite-t-elle le problème ? S’agit-il d’un manque d’anticipation ou d’un problème d’organisation  ?

On entend dire, en terme de retard, que la DIRSO pourrait être déchargée de la maîtrise d’ œuvre ?

Les soussignés, incompétents mais non dépourvus de bon sens, sont perplexes devant ces éléments d’information distillés par les décideurs ; ils sont évidemment très mécontents de cette situation et veulent savoir de façon plus précise comment on peut en arriver à un retard d’au moins six ou huit ans  alors que les financements sont réputés assurés !

… … »

Invitation au centenaire de l’usine Pechiney les 30 avril et 1er mai

Rue de L’Usine à «Marignac »

Dimanche 30 avril 2017
10 h : Inauguration des expositions – galerie de photos, documents livres – en présence des artistes, officiels et responsables de l’amicale.
Expo Richard Forestier : Le travail dévisagé
11 h 30 – 12 h 30 : Apéritif offert avec animation de chansons à l’orgue de barbarie
12 h 30 : Buvette et restauration
17 h 30 : « Meurtre d’usine dans les Pyrénées », pièce de théâtre sur l’histoire de l’usine, avec Michel Delagrange et Pierre Hossein
19 h 30 : Buvette et restauration
21 h 30  : « El Comunero » Thomas Jimenez (paroles et musiques) et le groupe toulousain « L’air de rien »


Lundi 1er mai 2017
10 h : Ouverture des expositions

11 h 30 : Dépôt des gerbes à la stèle local du C.E.
12 h : Repas du 1er mai
14 h 30 : « Mines de Clowns » – Pièce pour enfants par la compagnie ¨Rêves de théâtre¨
16 h 30 : « Notre mal vient de tout près » – Pièce sur l’actualité présente et à venir racontée par un groupe de citoyens sexagénaires engagés …

18 h : Chants avec la chorale libertaire « La Rojinegra »

Collège de Saint-Béat – “C’est reparti ! L’administration veut encore nous voler le peu que l’on a.”

Le 14 mars 2016, les élus se rendaient au collège soutenir les enseignants en grève et réclamer avec eux le maintien de la Segpa.

Devant l’annonce de la fin du dispositif innovant censé palier la fermeture de la SEGPA, les enseignants ont fait grève ce lundi 24 avril.
L’administration va-t-elle enfin être à l’écoute des difficultés de nos enfants des vallées ou va-t-on devoir encore jouer des bras pour montrer que l’on existe ?

Voici le courrier adressé à leur hiérarchie.

Télécharger (PDF, 65KB)

Ouverture d’une ligne de bus entre le Val d’Aran et le Comminges

La ligne de bus 95 reliant Saint-Gaudens à Les dans le Val d’Aran est ouverte depuis le mardi 18 avril.

Il n’est donc pas étonnant de voir désormais à la gare routière de Les / Val d’Aran le bus du réseau Arc-En-Ciel EPTR côtoyer les bus du service interne au Val d’Aran d’Alsina Graells Autotransporte. Depuis Les, une correspondance permet ainsi de rejoindre Vielha et Baqueira.

Cette ouverture fait suite à la rencontre des présidences de la Communauté de communes Pyrénées Haut-Garonnaises et du Conseil général du Val d’Aran. Par une charte signée entre le Conseil départemental de la Haute-Garonne et le Conseil général du Val d’Aran, les deux territoires s’engagent à améliorer, renforcer et développer le réseau de transport public entre Saint-Gaudens et le Val d’Aran.

On retrouvera ainsi l’esprit d’antan, lorsqu’existaient la ligne de tramway Marignac-Pont du Roi et le bus de l’Hispano Aranesa.

Il est bien sûr trop tôt pour tirer un bilan après ces premiers jours d’exploitation de cette nouvelle ligne.

Mais, d’après les informations recueillies, la fréquentation est plus importante dans le sens Val d’Aran – Comminges que l’inverse.

Côté Commingeois, l’information de ce nouveau service semble manquer de diffusion… Merci de relayer l’info !

Le tronçon Les/Saint-Gaudens – Saint-Gaudens/Les est assuré par le réseau Arc-En-Ciel EPTR. Le prix du billet Les-Saint-Gaudens est de 2,20 €.

Le ligne est ouverte du Lundi au Vendredi.

Télécharger (PDF, 52KB)

Par contre, si le projet de déviation provisoire de Saint-Béat devait effectivement être mis en place, il ne fait guère de doutes que les horaires de passage auront à certains moments de la journée du mal à être tenus côté français…

Nos amis aranais ne supporteront pas longtemps des retards du bus Arc-En-Ciel qui pourraient créer un désordre dans les correspondances avec leur service interne…

A suivre…

Bonne visite du Val d’Aran !

L’étonnante histoire d’un pont sans route

“L’œil du 20 heures” de France 2 enquête.
Toute ressemblance avec ce qui se passe  par chez nous serait purement fortuite…

++++++++++++++++

Quand on cherche son chemin près de Dieppe en Normandie on a parfois de drôles de surprises…
Un pont au milieu de nulle part…Inutilisable. Relié à aucune route…

Comment en est-on arrivés là ? L’Oeil du 20h vous raconte l’étonnante histoire du Viaduc de la Scie…Aujourd’hui pour aller à Dieppe, on passe par cette route la nationale 27 qui se transforme en départementale. Et elle est un peu….saturée de camions. Le viaduc, c’est le moyen de détourner tous ces véhicules.

(La suite ICI.)

Compte-rendu AG du 4 mars 2017 – Campagne d’adhésion 2017

Vous trouverez ICI le compte-rendu de notre première Assemblée Générale annuelle ordinaire, qui s’est déroulée ce samedi 4 mars à Saint-Béat.

Prenez le temps de le lire et merci de nous retourner vos commentaires, réactions, questions, etc …

Nous comptions 147 membres en 2016. Association la plus importante en nombre de toute la région, ajouté à la pertinence et à la visibilité de nos actions, qu’il n’en déplaise à quelques-uns, c’est ce qui nous rend incontournables. Il s’agit maintenant de transformer ce premier essai. Nous relançons donc une campagne d’adhésion, de ré-adhésion. A chacun de faire la pub, faites tourner auprès de vos contacts. Le montant des cotisations a été maintenu : 5 € minimum, rien pour les plus démunis. Cliquez ICI pour imprimer le bulletin d’adhésion à nous retourner au plus tôt (remettre à un des membres du collectif de votre connaissance, par courrier à VVSB – mairie de St-Béat – ou par internet sur le site).

Rappel aussi que la participation au collectif d’animation est ouverte à tous, même en cours d’année. N’hésitez pas à proposer vos services, nous en avons besoin.

Dernier rappel enfin : N’hésitez pas à participer, vous exprimer, notamment par l’intermédiaire du site ou de la page Facebook. Vos articles, commentaires, alertes, … sont les bienvenus.

Des nouvelles de la déviation

Le 31 janvier dernier s’est tenue une réunion de suivi des travaux, uniquement à destination des élus. Ces derniers sont invités à informer leurs concitoyens de la teneur des informations qu’ils auraient pu glaner à cette occasion. L’association des riverains et VVSB en ont été soigneusement écartés. (Ne serions-nous que de vilains petits canards déchaînés, infréquentables et non représentatifs ? Les élites ne semblent pas trop apprécier que les citoyens s’organisent et s’expriment.)

L’administration ayant oublié de faire passer le compte-rendu aux dits-élus, il nous a fallu un peu pousser à la roue pour que l’oubli soit réparé et qu’il parvienne jusqu’à nous. C’est maintenant chose faite et nous le livrons donc à votre sagacité, ICI :

Le 28 février, nous rencontrions le maire et les membres du conseil municipal de St-Béat.  A la demande de plusieurs adhérents, il s’agissait d’éclaircir la question de savoir jusqu’où les élus étaient ou non en phase avec nos positions et actions. La réponse du maire a été nette : “Je – et nous – sommes farouchement opposés au projet d’ouverture dite anticipée du tunnel avant l’achèvement complet des travaux et le détournement du flux de circulation par le Pont-Neuf de St-Béat.” Pour couper court aux éventuelles rumeurs, la copie d’une délibération votée à l’unanimité du conseil nous a été remise (à noter qu’elle date du 9 mars 2015, déjà bien avant la fameuse réunion d’information publique d’octobre de la même année).  Nous avons également convenu de systématiquement nous échanger les informations dont les uns ou les autres disposeraient. C’est d’ailleurs ainsi que le maire nous a informés de la prochaine venue de la sous-préfète qui comptait visiter le chantier le surlendemain même. L’occasion était trop belle et nous l’avons donc sollicitée pour une rencontre. Elle a accepté. Merci à elle.

Ce jeudi 2 mars, pendant plus d’une heure trente, quatre d’entre nous ont donc pu échanger avec la sous-préfète, encadrée de quelques responsables des services de l’État.

Quelques “broutilles” à retenir.

  • L’administration n’a pas la moindre intention de remettre en cause son projet de détournement de la déviation par le Pont-Neuf. Ils semblent même étonnés qu’on puisse en douter. Pourtant, il nous avait bien été présenté comme l’étude d’une éventuelle alternative, à la demande de l’Etat. La décision est donc prise, depuis longtemps.On sent bien qu’ils jouent la carte de l’intransigeance.
  • Les avis, questionnements, inquiétudes, oppositions des riverains, habitants et élus auraient été pris en compte. Les études menées sur la qualité de l’air, sonores, sécurité de l’itinéraire et trafic au carrefour à feux intelligents seraient censées y avoir répondu. Nous avons pourtant démontré que leurs conclusions étaient particulièrement sujettes à caution car s’appuyant sur des données chiffrées de circulation pour le moins étonnantes. Circulez, il n’y a rien à voir !
  • La sous-préfète émet des doutes sur l’opposition d’une majorité même de Saint-Béatais à ce projet. Il n’y aurait d’ailleurs aucune mesure entre les désagréments que quelques-uns auraient à supporter et l’amélioration de la vie du plus grand nombre. De plus, le centre ville de St-Béat en sera métamorphosé, redeviendra attractif, d’autant que le maire a plein de projets intéressants que les collectivités soutiendront avec force.
  • Finalement, le tunnel devrait ouvrir fin 2017 et non au début de l’année (on l’avait remarqué par nous-mêmes), Nous avions dû mal comprendre…
  • Finalement encore, les travaux de poursuite du chantier devraient reprendre en … 2019, pour s’achever en 2023 … voire 2024. Ceux qui, lors des réunions publiques d’octobre 2015 et juillet 2016, avaient entendu que le tout seraient bouclé “en tout état de cause” avant la fin du Plan Etat Région (soit 2020) seront plus attentifs la prochaine fois.

La déviation “provisoire” par le Pont-Neuf devrait donc s’installer en fait au mieux pour 6 à 7 ans … (Pour l’instant …?)

  • Longueur du chantier ? “On ne maîtrise pas le planning des entreprises !” (Ça ! Surtout si on ne leur demande rien ! Mais pourquoi diable avoir stoppé la poursuite des tranches qui doivent de toutes façons être réalisées ?)
  • Finalement, les financeurs (l’État, la Région et le Conseil Départemental) ont décidé de rajouter la bagatelle de 13 millions d’euros qui s’ajoutent aux 105 millions du prévisionnel et aux 23 millions supplémentaires déjà libérés. Le projet s’élève donc maintenant à quelques 141 millions de notre argent public et des poussières. (+31 % !) Ce serait bien la preuve nous a-on fait remarquer de la forte volonté des décideurs à voir ce projet aboutir et de la considération particulière qu’ils ont à notre égard. (Arrêtez de vous plaindre, quoi !) On a aussi entendu parler de 24 autres millions mais on avoue ne pas avoir bien compris à quoi ça correspondait (on va se renseigner).
  • Il faudrait ouvrir le tunnel coûte que coûte. (Il aurait quand même coûté 70 millions !) “Attendre cinq ans de plus ne serait pas concevable en termes de gestion de l’argent public !” (si … si….) On serait ridicules (tiens, ce n’est pas déjà le cas ?), il y aurait des problèmes de garanties, il faudrait entretenir cette structure qui dépérirait, …
  • En France, il n’y aurait donc rien d’exceptionnel ou étonnant à voir des coûts de travaux publics exploser de la sorte. Les plans de financement et les montants prévisionnels sont relatifs, destinés avant tout à lancer des projets … Au moment où on demande les sous, il est courant qu’on nous réponde qu’il n’y a rien dans les caisses pour l’instant, qu’il faudra voir plus tard.  (Ce serait donc normal ?)
  • Les justifications du retard qui nous ont été apportées s’affinent au fil des mois. Si ce sont bien les sources pétrifiantes qui posent toujours problème, ce serait en fait parce que – alors que tout le projet était bouclé et lancé – un changement imprévu de la réglementation environnementale serait sorti, contraignant les responsables du chantier à réviser les plans initiaux de tracé au niveau de deux sources. Au lieu de bétonner au travers, il convient donc désormais de les éviter. Pour une première, celle du Mail des Pins, le choix a été fait de construire un ouvrage d’art d’une cinquantaine de mètres passant par dessus. Pour la seconde, celle du Plan d’Argut, c’est le choix de traverser le hameau habité qui s’imposerait (pour des raisons de coût et de simplicité technique). Et c’est là où le bât blesse ! (Achats, nouvelles études, nouvelles demandes de dérogations, nouveaux délais, surcoûts, …)
  • Le hameau du Plan sera rasé, les propriétaires indemnisés et l’habitation reconstruite plus près de la Garonne, en zone non constructible mais, comme il s’agit d’une exploitation agricole, il y aura dérogation.
  • Cerise sur le gâteau. La DIRSO vient de faire savoir qu’elle n’a plus les moyens humains pour continuer à assurer la maîtrise d’œuvre ! La DREAL se voit donc contrainte de se mettre à la recherche d’un nouveau maître d’œuvre (donc probablement issu du secteur privé …). Ce qui allonge sans aucun doute les délais … et les coûts … (Ça aussi, c’est normal ?)

(Enfin, tout ça, c’est ce qu’il nous semble avoir compris cette fois-ci.)

Au bilan, il nous a été demandé de faire passer le message qu’il convient de positiver plutôt que de passer notre temps à broyer injustement du noir, alors que tout cela représente pour nous un formidable espoir (parole de sous-préfète), d’autant que nous bénéficions d’un environnement exceptionnel !

(Ben voyons …)

Samedi 4 mars – Assemblée générale annuelle ordinaire de l’association

L’Assemblée Générale annuelle ordinaire de Vivre en Vallée de Saint-Béat se déroulera :

Samedi 4 mars 2017
à partir de 20 h 30
Salle des fêtes de Saint-Béat

Ordre du jour
– Rapport financier
– Rapport moral : Segpa, déviation (de la déviation), Garonne, campings de St-Béat et Fos, Poste de St-Béat, animation et développement économique, transports scolaires, traversée de Fos, site internet et page Facebook, …
Point sur les différentes actions menées depuis notre création. Quels bilans en tirons-nous ?
– Fonctionnement de l’association.
Et maintenant, que faisons-nous ? Quels objectifs ? Comment ? Avec qui ?
Montant de la cotisation 2017.
Élection des membres du collectif d’animation et définition des modalités de fonctionnement associatif.
– Questions diverses

Une Assemblée Générale est un moment important dans le fonctionnement d’une association. Nous espérons que nous serons nombreux à être présents.
Si vous ne pouvez pas être disponible à cette occasion, vous pouvez vous faire représenter par un autre membre de votre choix (merci de nous renvoyer un petit message pour donner procuration) ou nous faire partager au préalable vos éventuelles observations par courriel, coup de fil, lettre, …

Important
Il est clair que l’association ne pourra perdurer et être efficace que si elle est animée par un nombre conséquent de membres qui s’engagent. D’ici samedi, merci d’y réfléchir … Etes-vous prêt à proposer votre candidature pour faire partie du collectif d’animation ? Alors ???

Radio Nostalgie – Communiqué de la rédaction

Les deux journalistes de Radio Nostalgie, Amélie Chaoui et Pierre Delperié, nous ont fait parvenir  ce vendredi soir le communiqué ci-dessous, publié en commentaires du précédent article.

Nous jugeons préférable de le rendre davantage lisible en le publiant ci-dessous, d’autant que la page FB de Radio Nostalgie est désormais fermée.

Nous vous proposons également en lien l’article de La Dépêche du 17 février  (auquel ils font référence) – ainsi qu’un second, publié le 22, dans lequel le directeur, Philippe Condesse, précise son interprétation sur ces événements.

“Vous avez oublié le communiqué publié le 22 février sur la même page FB de Nostalgie. Le voici pour être complet sur ce sujet.

“Nous, journalistes, savons que l’information doit être objective et neutre. Nous avons toujours préféré renoncer à écrire un papier qui ferait du bruit, si nous étions impliqué de près ou de loin. Écrire sur l’un de ses amis, sur une association dans laquelle nous nous apprêtions à entrer au CA, c’est jeter le trouble sur son sujet, contribuer à la défiance actuelle envers les journalistes et surtout contraire à toute règle déontologique ! Aussi sommes-nous surpris que La Depeche Du Midi ait publié le 17 février un article sur la liquidation de Nostalgie Comminges, signé par la correspondante locale, proche du directeur qui l’avait sollicitée pour monter une nouvelle structure à Luchon.
Quant au fond de l’article, nous ne pouvons laisser sous-entendre que les deux journalistes sont responsables de la faillite de la structure. S’il est vrai que d’après Pierre Peyrafitte, depuis son départ de la direction la radio perdait de l’argent, aucune une décision n’a depuis été prise pour réduire sérieusement les coûts de fonctionnement ou de personnel. Au lieu de quoi un salarié supplémentaire avait été embauché en CDI (Il a finalement démissionné au bout de trois ans)! Pourtant les salaires des journalistes étaient inférieurs au minimums légaux. En 2013 c’est un mois de salaire qui a même été intégralement impayé. En 2014, 2015, 2016 idem. Les réseaux et le charisme de Pierre Peyrafitte aurait pu lui permettre de redresser la barre lorsqu’il a pris la présidence de la radio, malheureusement il n’en a pas eu le temps. Ainsi au vu du bilan de la structure, aucune des personnes sollicitées n’a accepté la présidence de la radio.
Quant à la proposition que nous avons refusée : aucun chiffre, aucun partenaire nouveau, aucune proposition concrète… rien de sérieux. Suite à quoi en novembre, le directeur a porté à la sous-préfecture un PV de dissolution pure et simple de l’association ! Sans liquidation, c’est-à-dire sans clarifier la situation vis-à-vis des clients, partenaires, salariés ou auditeurs… Dissoudre et disparaître en silence?
Heureusement la sous-préfecture a refusé et orienté le directeur vers le TGI. La procureure a donc été saisie et depuis trois mois la procédure suit son cours.
Pour finir sur le soupçon distillée dans l’article paru vendredi dernier : les journalistes sont bel et bien en arrêt maladie. L’un a craqué sous la pression et l’ambiance délétère, l’autre s’est blessée: luxation de la rotule avec arrachement ligamentaire.
Enfin dans cette période difficile que nous traversons aujourd’hui, nous tenons à remercier ici chacun des auditeurs et des partenaires de notre radio pour leurs infaillible et chaleureux soutien.
Amélie Chaoui
Pierre Delperié”

Le lendemain de cette réponse, le compte Facebook de Nostalgie Comminges a été clôturé. Ces pages sont désormais inaccessibles.”

Continuer la lecture de Radio Nostalgie – Communiqué de la rédaction

Mince ! Nostalgie Comminges Pyrénées rend l’antenne

  • Ci-dessous, article en lien de Luchon Mag :
  • Mise à jour du 16 février 2017 –   19 h 30

Ci-dessous, le communiqué publié ce jour sur la page Facebook de Nostalgie Comminges Pyrénées

“Suite à la publication d’hier concernant NOSTALGIE COMMINGES PYRENEES sur un blog, nous tenons à apporter quelques précisions et corriger quelques erreurs

Effectivement, une procédure de liquidation est bien en cours et, par voie de conséquence, l’activité de NOSTALGIE COMMINGES PYRENEES cessera prochainement.
En revanche, la date n’a pas été fixée et le programme est toujours diffusé.

Depuis fin novembre, les deux journalistes de la station sont en arrêt maladie, les deux salariés restants ont assuré la diffusion d’un programme d’information locale jusqu’au 8 février dernier, en plus de leurs propres missions.
Depuis, le reste du programme est toujours diffusé et le sera jusqu’à ce que la date de fin des émissions soit définie par les instances compétentes.Il est important de préciser que cette situation a été rendu inéluctable par le cumul d’une crise structurelle (absence de président depuis le décès de Pierre PEYRAFITTE) et économique (difficultés depuis 2013).
Des solutions permettant la poursuite d’activité ont été proposées depuis mais une partie des salariés ne les ont pas jugées acceptables rendant du coup obligatoire la demande de liquidation.Nous communiquerons la date définitive de l’arrêt des programmes de Nostalgie Comminges Pyrénées dès que nous la connaitrons et tenons d’ores et déjà a remercier tous nos partenaires, annonceurs et bien sur nos nombreux auditeurs pour leur présence, leur soutien et leur fidélité lors de cette belle aventure.”

Emplacement n° 3 du radar mobile

Depuis aujourd’hui, le radar mobile a quitté Fos pour être installé sur le parking à proximité du hangar de l’équipement, 600 m après les feux de Labroquère en allant vers l’Espagne.
Sur les huit emplacements prédéfinis par la préfecture, il s’agit donc du troisième, après celui de la ligne droite Arlos/Fos et l’aire de Fronsac.
Pour rappel, il flashe dans les deux sens, de jour … comme de nuit.

GPS Décimales

N 43°.03938
E 000°.59953

Séquence humour : “Pallas … ton univers impitoyaaable …” – par Larry Hagman

Après son tractage auprès des habitants de SA commune dénonçant  les vilains syndicalistes de l’usine, les faux anciens de Péchiney, triant les bons des mauvais Marignacais (dont certains osent même s’afficher jusqu’à Paris !), … le maire de Marignac élargit donc son auditoire en s’épanchant à travers la presse. Où s’arrêtera-t-il ?

Voyage 2 de la tirelire

radar_fronsac_23-12-2016-19-59Ajout du 25/12/2016

Un adhérent nous prie d’apporter les observations suivantes personnelles :

!!! ATTENTION !!!
Il semblerait que le radar ne se contente pas de flasher que les excès de vitesse !
J’avais remarqué hier soir un flash sur un véhicule seul descendant de Luchon et dont la vitesse me paraissait bien en dessous de la vitesse réglementaire.
De plus, le flash s’était déclenché à environ 80 mètres au lieu des 20 à 30 mètres pour les excès de vitesse.
J’ai eu ce matin le témoignage d’une personne à qui il est arrivé la même mésaventure hier soir dans les mêmes conditions, même sens, même endroit, vitesse inférieure à 90 km/h.
Le flash aurait été déclenché du fait qu’il ait mordu la ligne blanche.  🙁
Autres témoignages bienvenus !
Il y a peut-être un motard qui a testé ?   😉
Il n’est pas impossible qu’il détecte aussi les distances de sécurité .   🙁

++++++++++++++++++++++++++

Après une première tentative d’installation avortée sur l’aire de Fronsac, la tirelire y est revenue à l’occasion des fêtes.

Lavée, bichonnée, révisée, … elle attend patiemment les véhicules dépassant le 90, flashant par l’arrière ceux qui montent à Luchon et par devant ceux qui descendent.
Elle est visible au dernier moment après la courbe et va en surprendre plus d’un de ceux qui profitent des deux voies pour procéder à des dépassements !
N’oubliez pas, elle sévit aussi de nuit !
Coordonnées GPS décimales
N 42,958463
E 0,64580

radar_fronsac_23-12-2016-19-59_04    radar_fronsac_23-12-2016-19-59_03   radar_fronsac_23-12-2016-19-59_02

La future intercommunalité XXL officialisée

Le 16 décembre dernier, le préfet Pascal Mailhos a signé le décret de création de la nouvelle intercommunalité, qui regroupera à partir du 1er janvier celles du Pays de Luchon, du canton de Saint-Béat et du Haut-Comminges.

Depuis septembre, nous savions déjà qu’elle portera le nom de “Pyrénées Haut- Garonnaises”.

Son siège social est confirmé sur la commune la plus importante, soit Gourdan-Polignan, plus exactement au 17 avenue de Luchon (sic). Le Luchonnais et le Saint-Béatais devraient toutefois voir s’y maintenir des structures-relais.

La présidence provisoire sera assurée par le doyen des ex-présidents, Joël Gros. A ce jour, deux candidats ont déjà annoncé leur intention de se présenter : Alain Castel et Jean-Louis Redonnet.

A écouter ci-dessous, le reportage du 18 h de Nostalgie Comminges Pyrénées du 16 décembre 2016

Droit de réponse à Monsieur le Maire de Marignac – par l’Amicale socioculturelle de PEM

L’Amicale socioculturelle de Péchiney-Electro-Métallurgie nous prie de publier la réponse publique ci-dessous au courrier diffusé par le maire de Marignac le 28 novembre dernier auprès des habitants de sa commune et relayé quelques jours plus tard dans la presse.

Pour compléter l’information de tous, nous vous proposons à la suite la lecture de ce dit-courrier.

Déjeuner dégustation du dimanche 4 décembre à l’Auberge du Crabère

affiche-4-decembre-2016

Le dimanche 4 décembre, nous avons le plaisir d’accueillir M. Patrick Beauchet, cuisinier de talent qui a été le chef de l’Auberge du Crabère  durant près de 18 ans pour “un menu dégustation” alliant l’univers culinaire de Nathalie et Patrick…
Au menu
– Mise en bouche
– Croustillant aux ris de veau
– Tournedos de cerf,réduction d’agrumes et Armagnac,pommes duchesse et légumes de saison
– Fromage du pays
– Crémeux de citron et basilic

Réservations et renseignements au 06 70 80 32 67

Rappel : Samedi à 18 h – Débat et convivialité

teufRéunion publique et débat à l’invitation de Vivre en Vallée de Saint-Béat

Ce samedi – à 18 heures – Salle des fêtes de Saint-Béat

Et cette déviation ???

(mais aussi point sur les campings, la Garonne, …)

Analyse des arguments et documents avancés par l’État et les administrations

Quelles réponses de la population ?

Nous clôturerons la réunion autour d’un verre offert par l’association. Nous n’avons rien prévu de spécial pour grignoter avec ; alors, si vous avez des idées ou quelques petites choses qui traînent … ce sera avec plaisir !

Avec “31 sans frontières”, semaine du train miniature à Saint-Béat

affichesb_800x600L’association “31 sans frontières” propose une semaine d’animation centrée autour du train miniature du 28 novembre au 4 décembre sur Saint-Béat.

Cette association a de multiples autres projets dans sa besace.

A ce sujet, écoutez le reportage diffusé ce 24 novembre sur Nostalgie Comminges Pyrénées.

“Dialogue citoyen” – Questionné au sujet de la solidité du Pont-Neuf, le Conseil départemental renvoie la balle vers l’État et ses responsabilités

Du 4 novembre au 16 décembre, le Conseil départemental organise une campagne de 12 réunions publiques de proximité ayant vocation à favoriser un dialogue citoyen entre les élus, les services du Département et les citoyens. La première s’est tenue à St-Gaudens, réunissant une soixantaine de participants. A cette occasion, au nom de l’association, Bernard Jacquin a fait part de nos questionnements et inquiétudes quant à la capacité du Pont-Neuf de supporter le flux routier auquel il serait soumis si l’État s’entêtait à mettre en œuvre son projet de “déviation de la déviation”.

C’est Bertrand Looses, Directeur général des services du Conseil départemental, qui s’est chargé de répondre. Ci-dessous la vidéo de cette intervention ainsi que sa retranscription dans son intégralité. Pour mémoire, rappelons enfin les propos qu’avait tenus Pierre Izard en décembre 2014 dans un courrier en réponse à l’Association des riverains et voisins de la RN 15 : “Si une phase provisoire consistant à ouvrir dans un premier temps le tunnel de Saint-Béat est proposée, celle-ci ne pourra se faire qu’après concertation avec les élus et avec les riverains et à condition d’être temporaire”.

Dernière précision, la réunion de dialogue citoyen concernant notre canton XXL se tiendra vendredi 2 décembre à 18 h 30 à la salle de la mairie de Barbazan. Qu’on se le dise !


2016-11-04 rencontre citoyenne-pont de Saint-Béat par mcabe

Continuer la lecture de “Dialogue citoyen” – Questionné au sujet de la solidité du Pont-Neuf, le Conseil départemental renvoie la balle vers l’État et ses responsabilités

Le marché artisanal des producteurs à Fos

pub-2016A l’entrée de Fos, vous avez sûrement remarqué le bâtiment du Marché artisanal des producteurs, ouvert depuis l’été 2015.

Désormais, outre la vente des productions artisanales locales issues des deux côtés de la frontière, ce lieu a complété son offre de services.

Une petite épicerie y propose du pain (avec possibilité de formules d’abonnement), des pâtisseries, un rayon primeurs, des produits bio, végan et végétalien, …

Les clients de passage pourront aussi disposer d’un accès Wifi et disposeront d’un service laverie avec machine grande contenance (pratique pour les couettes) et le gardiennage (les clients n’ont pas besoin d’attendre …).

Le Marché artisanal est ouvert tous les jours – de 9 h à 19 h (fermeture hebdomadaire le mardi).

Pour compléter votre information, cliquez sur la vignette ci-dessous.

marche-artisanal-des-producteurs

 

Amicale socioculturelle de PEM / Compte-rendu de l’audience du 17 novembre au TGI de Toulouse – par Jojo


COMPTE-RENDU DE L’AUDIENCE DU 17 NOVEMBRE 2016

VOYAGE EN CAR AU TGI DE TOULOUSE : RECUPERATION DU BAIL EMPHYTEOTIQUE ET DES BIENS DU CE DE L’USINE FERROPEM DE MARIGNAC

Le départ a eu lieu de l’aire artisanale de CIERP-GAUD à  11 heures  avec un car de 60 places affrété à l’Entreprise FARRUS de LUCHON. Continuer la lecture de Amicale socioculturelle de PEM / Compte-rendu de l’audience du 17 novembre au TGI de Toulouse – par Jojo

Contre-info / Réunion publique de VVSB samedi 26 novembre – 18 h / No pasaran !

marie-m-1Lors de la réunion publique du 12 juillet, les services de l’État ont présenté ce que serait à leurs yeux la traversée de St-Béat à la fin 2017. Dès le lendemain, VVSB a demandé à ce que nous soient communiqué l’ensemble des études ayant amené leurs conclusions concernant la déviation mais aussi celles sur lesquelles se serait appuyé le préfet pour décider de la fermeture des trois campings de notre vallée. Avant son départ, le sous-préfet a transmis une bonne partie des documents réclamés ; ils appellent bien des remarques et, pour le moins, de nombreuses questions :

Sur les campings, pas de mesures, pas de visites sur site, aucun rapport officiel.

Pour les études dynamiques, 3 heures de comptages en 9 mois leur ont permis d’imaginer que la file d’attente maximale ne pourrait dépasser 120 m sur un feu. Quand on sait que, sans obstacles, il n’est pas rare de voir des files de véhicules atteignant la gendarmerie d’un côté et OMG de l’autre, il est permis d’avoir des doutes sur leur pertinence.

Les données extraites des contrôles réalisés sur la qualité de l’air ou les nuisances sonores ne sont pas liées à l’importance du trafic, ni à la répétition des arrêts ou démarrages aux feux dits intelligents.

Les travaux seraient arrêtés en raison de « difficultés techniques dues à la présence de sources pétrifiantes sur Argut », des impondérables pourtant déjà été pris en compte dans les pré-études … et connus de tous depuis la nuit des temps !

Aujourd’hui, près de 50 millions d’euros de travaux resteraient à engager … Pourquoi ne le sont-ils pas ? N’auraient-ils pas été utilisés sur d’autres sites ?

Comment arrivent-ils à s’arranger de la fragilité du pont ?

Comment peuvent-ils oser mettre en jeu la sécurité des riverains, des élèves de l’école et du collège ?

Ne seraient-ils pas plutôt en train

de nous préparer un provisoire dangereux et pérenne ?

Nous vous proposons de venir en débattre :

SAMEDI 26 NOVEMBRE

à partir de 18 heures

Salle des fêtes de Saint-Béat

image-tract
Tract à télécharger et distribuer

Revues de presse – Projet de piste cyclable le long de la Garonne … (suite et pas fin)

ladepeche-fr-2016_11_15-une-piste-cyclable-pour-relier-la-haute-garonne-a-lespagne
“Une piste cyclable pour relier la Haute-Garonne à l’Espagne” – Lire l’article sur le site de ladepeche.fr ICI.
ladepeche-fr-2016_11_16-une-piste-cyclable-de-la-source-a-lestuaire-de-la-garonne
“Une piste cyclable de la source à l’estuaire de la Garonne” – Lire l’article sur le site de ladepeche.fr ICI.
le-petit-journal-2016_11_16-un-projet-de-piste-cyclable-pour-relier-la-haute-garonne-a-lespagne
Le Petit Journal du 16/11/2016 – Un projet de piste cyclable pour relier la Haute-Garonne à l’Espagne

Carole Delga – Le RETOUR !

Il lui fallait rattraper le coup de sa piteuse prestation publique du 12 juillet dernier à Saint-Béat. Son équipe de com’ lui a alors concocté un petit épisode “retour” aussi factice que son sourire. Ce mardi 15 novembre, Carole Delga est donc revenue se montrer dans la vallée. Mais attention, cette fois-ci, il importait de ne prendre aucun risque. Le petit peuple qu’on ne saurait voir a donc été mis à l’écart, les invités pour faire la claque triés sur le volet et les vilains petits canards de Vivre en Vallée de Saint-Béat clairement repoussés. Sauf qu’ils sont venus quand même gâcher la photo…
Le jour où les politiques comprendront qu’il faut écouter ceux qui les ont élus, ils viendront pleurer.

Quant à nous, notre prochaine réunion sera PUBLIQUE, elle.
Ce sera samedi 26 novembre à 18 h à la Salle des fêtes de Saint-Béat.
Qu’on se le dise !

Rassemblement mardi 15 novembre à 10 h à la halle de Saint-Béat

banderoles_web_13-11-2016-16-13_03Officiellement, elle vient pour s’entretenir de l’avenir des campings de la vallée avec les élus de Fos, puis ceux de Saint-Béat(*). C’est sans doute parce qu’elle est soucieuse du respect des règles démocratiques que Carole Delga refuse que nous participions à cette rencontre. Vu le fiasco de sa prestation publique de juillet dernier, elle sait qu’il faut savoir aussi rester entre personnes “responsables”, entre élus donc. C’est bien connu, les sans-dents ne sont intéressants que pour les élire régulièrement … mais sûrement pas pour être entendus entre deux élections.

A contrario, ne soyons ni goujats ni rancuniers. Mardi, accueillons avec ferveur notre encore députée mais aussi présidente de Région (et aussi ancienne ministre comme elle aime à le rappeler).

Rassemblement mardi 15 novembre à 10 h

à la halle de Saint-Béat

(*) De mauvais esprits prétendent qu’elle n’en aurait rien à faire de nos campings, de notre Garonne, de notre déviation, de notre collège, … et que sa venue ne serait qu’à fin électorale. Nous n’en savons rien et cela ne nous intéresse pas.

banderoles_web_13-11-2016-16-13_04 banderoles_web_13-11-2016-16-13_02 banderoles_web_13-11-2016-16-13

L'asso qui ne lâchera pas !