Revue de presse – La Dépêche du 23 mai 2018 – Journée citoyenne pour embellir le village

Article à retrouver directement sur le site de La Dépêche, ICI.

Les habitants sollicités pour la belle image de la cité. / Photo DDM C.T
Les habitants sollicités pour la belle image de la cité. / Photo DDM C.T

Le coup d’envoi de la journée citoyenne à Saint-Béat, organisée par l’association «Du marbre aux fleurs», sera donné le samedi 26 mai. Les bonnes volontés sont attendues à 9 heures, place Saint Anne, munies de gants pour réaliser quelques travaux qui viendront redonner fière allure à la cité. Au programme : fleurissement du village, nettoyage des statues, rénovation du canal situé à proximité du Moulin des arts… Pour récompenser les courageux, un pot sera offert puis un pique-nique sera partagé pour mettre fin à cette matinée de travail mis en commun pour le bien vivre ensemble. Contact mairie : 05 61 79 40 05.

Revue de presse : AranNau du 17 mai 2018 – Le projet Piroslife lance un programme de capture et de surveillance des ours dans le Pallars et le Val d’Aran

Article à retrouver sur le site d’AranNau, ICI.

———————————————————————————

PROPOSITION DE TRADUCTION

L’objectif de l’installation de cages pour la capture d’ours est d’acquérir de l’expérience dans la capture et la surveillance de l’ours afin de pouvoir répondre adéquatement aux situations d’urgence; améliorer l’étude scientifique de l’animal, en plaçant un collier GPS, pour connaître leurs déplacements ; et améliorer la prévention des dommages grâce à un contrôle constant des mouvements.

Pour faire la capture, une cage a déjà été placée dans le Pallars Sobirà et deux autres sont prévues; la deuxième dans le Val d’Aran et la troisième dans un lieu encore à déterminer.

Les cages sont en forme de cube de fer cylindrique, d’environ trois mètres de longueur. Lorsque l’ours pénètre dans la cage, la porte est automatiquement fermée et le système est activé. Une équipe de 10 à 15 techniciens et vétérinaires se déplace immédiatement pour être capable de calmer, de prendre des mesures et des échantillons et de mettre un collier avec GPS. Le collier peut être programmé pour avertir rapidement lorsque l’animal s’approche d’une zone déterminée et ainsi prévenir les dommages.

Les cages devraient être opérationnelles jusqu’à la fin juin et, en fonction de l’évolution du projet, leur utilisation pourrait être prolongée au cours des mois de septembre et d’octobre.

La troisième cage est fournie par la France et est en attente d’avoir les dernières autorisations pour l’utiliser.

La population d’ours des Pyrénées a atteint cette année 43 spécimens identifiés entre la Catalogne, l’Aragon, la Navarre et la France. La majeure partie de la population (41) est située dans la zone centrale, qui comprend une zone d’environ 4 000 kilomètres carrés qui s’étend sur les Pyrénées de Lérida au Val d’Aran, la Haute-Garonne et l’Ariège. Les deux autres spécimens ont été localisés dans les Pyrénées Atlantiques, bien qu’ils se soient également approchés des Pyrénées centrales.

Ces dernières années, la répartition des ours dans les Pyrénées s’est élargie, passant d’une superficie de 3 800 kilomètres carrés en 2015 à 4 900 actuellement. En Catalogne, en 2017, 25 spécimens (dix mâles, douze femelles et trois de sexe non identifié) ont été identifiés.

Les chiffres corroborent la tendance à la hausse de la population d’ours, qui a augmenté ces dernières années, passant de 31 individus en 2014, 32 en 2015 et 41 en 2016. Les 43 spécimens identifiés en 2017 sont divisés en 21 adultes (sept mâle et quatorze femelles) et 15 subadultes de 2, 3 et 4 ans (neuf mâles, cinq femelles et un avec sexe non identifié).

Marignac : Concert de Musiques en Liberté le vendredi 25 mai

MUSIQUES EN LIBERTÉ donne un concert vocal le vendredi 25 mai à 21h en l’église de MARIGNAC.

Notre répertoire propose un voyage à travers des chants de plusieurs époques et divers genres ; de Mozart à Léo Ferré en faisant un crochet par les Pyrénées, le chemin de Compostelle, les Champs-Élysées et la Russie.
Nous chantons dans tous les cantons de la Haute-Garonne et les départements voisins.

Venez nombreux passer un moment de convivialité.
Libre participation

Pyrénées : 383 millions de m3 de réserve d’eau sous forme de neige pour la Garonne, deux fois plus qu’en 2013

Article à retrouver sur le blog de Paull Tian, photojournaliste, ICI.

Pyrénées : 383 millions de m3 de réserve d'eau sous forme de neige pour la Garonne, deux fois plus qu'en 2013

Analyse assez alarmante de ce météorologue de Météo France que l’on peut découvrir sur la page Facebook de la société de pêche “La Truite Luchonnaise”, alors que ces derniers jours la pluie est tombée en abondance sur les Pyrénées centrales (lire ici).

Jean-François Quiniou précise qu’il “existe pour la gestion de l’eau, versant Espagnol et versant Garonne, un modèle de calcul de l’eau sous forme de neige dans le temps. C’est le modèle ‘Aster'”.

Le météorologue ajoutant : “Pour la Garonne, il indique à la date du 22 avril 2018, une réserve d’eau sous forme de neige de 383 millions de m3” et de rappeler qu’en 2013, à la même date, “la réserve était de 180 millions de m3, soit quasiment la moitié”.

Et tout le monde garde en mémoire les terribles inondations de la Garonne et de la Pique en sud-Comminges et en Val d’Aran (lire ici).

Jean-François Quiniou termine en précisant qu’actuellement “les nappes phréatiques sont pleines” et que “la situation du bassin de la Pique est probablement similaire à celui de la Garonne…”

Avec en guise de conclusion :

“Un épisode de pluie appuyé, une montée de la température et nous risquons de gros désagréments”.

(Photo : inondation de juin 2013 à Luchon © Paul Tian)

Le Conseil général du Val d’Aran et la Généralité de Catalogne proposent la construction d’un tunnel de 5,2 km depuis le Parador de Vielha jusqu’au Pont-d’Arròs

Source : Reunión del Consejo de alcaldes de la Val d’Aran

PROPOSITION DE TRADUCTION

————————————————

Réunion du Conseil des maires du Val d’Aran

Le Conseil et les maires demanderont à la Confédération Hydrographique de l’Ebre (CHE) d’interdire les activités sur la Garonne quand elle dépasse les 80 m³/s.

Dans leurs observations au sujet de la N-230, la Généralité et le Conseil général proposeront la construction d’un tunnel de 5,2 km du Parador de Vielha jusqu’au Pont d’Arròs.

Vielha, le 9 mai 2018.- Le Conseil des maires du Val d’Aran réuni hier s’est accordé pour réclamer à la Confédération Hydrographique de l’Ebre les investissements de protection après l’inondation de 2013 dans les communes de Les, Bossòst et Vielha. De même, à la fin de la réunion, le syndic d’Aran, Carlos Barrera, a expliqué qu’ils demanderaient à la CHE la création d’un protocole pour interdire les activités sur la Garonne lorsque le débit atteint 80 m³/s. Comme il l’a expliqué, hier même, lorsque le fleuve dépassait les 95 mètres cubes, trois personnes ont été vues naviguant dans un kayak sur la rivière en passant par Bossòst, comportement que le syndic a décrit comme très dangereux.

D’autre part, le syndic d’Aran, Carlos Barrera, a confirmé que la période de présentation d’observations au projet d’amélioration de la N-230 proposé par le ministère de l’équipement a été prolongée jusqu’à la fin de ce mois de mai.

Le Syndic a expliqué que, lors de la dernière réunion au Département du Territoire et de la Durabilité de la Généralité, il a été décidé que des observations défavorables seront présentées aux quatre propositions présentées par le ministère de l’équipement et, afin de garantir l’objectif que pendant les travaux du tronçon de route entre l’embouchure nord du tunnel de Vielha et Aubèrt il y ait le minimum d’impact possible sur la circulation quotidienne des véhicules, il présentera une proposition de construction d’un tunnel allant du Parador de Vielha à Pont d’Arròs. De cette façon aucun noyau habité ne serait affecté et l’impact environnemental et visuel serait éliminé avec la construction de ce tunnel, qui aurait une longueur de 5,2 km, très similaire à l’actuel tunnel de Vielha.

Cependant, le syndic a également expliqué qu’il restait encore à définir quelle forme devrait prendre l’amélioration de la route allant de l’entrée nord du tunnel de Vielha jusqu’à la hauteur du Parador. Barrera a déclaré que le Département du Territoire travaille sur une proposition de route séparée de la N-230 qui irait entre la rivière Nere et l’actuel tracé de la N-230 jusqu’au Parador.

Le Syndic d’Aran a ajouté que le Conseil général d’Aran présentera une proposition qui lui permet d’être le plus respectueux possible de l’environnement naturel et du patrimoine d’Aran, sans chercher la rentabilité du coût des infrastructures, puisque le Conseil général d’Aran doit travailler pour garantir la survie de la vallée d’Aran en tant que destination touristique et pour les intérêts généraux des Aranais, et qu’avec cette proposition, il est garanti que dans le reste du tracé de la route jusqu’à la frontière avec la France, sera maintenue la philosophie des propositions déjà présentées par le Conseil général d’Aran en 2002, en maintenant la possibilité de construire les déviations de Les et Bossòst et de gérer la route de manière civilisée et acceptable.

Revue de presse – La Dépêche du 11 mai 2018 – Avis de vigilance crues de niveau jaune en Haute-Garonne ce week-end

Ce vendredi soir, la préfecture de la Haute-Garonne appelle à la vigilance et met en place son dispositif d’urgence./ Photo DDM, archive
Ce vendredi soir, la préfecture de la Haute-Garonne appelle à la vigilance et met en place son dispositif d’urgence./ Photo DDM, archive

Ce vendredi soir, la préfecture de la Haute-Garonne appelle à la vigilance et met en place son dispositif d’urgence.

 Le service de prévision des crues a en effet émis un avis de vigilance de niveau jaune sur le tronçon Garonne amont – Nestes.

Jusque samedi en début de soirée une fonte nivale devrait générer une hausse modérée des niveaux de base des Nestes et de la Garonne.

A partir de samedi après-midi, des pluies, localement orageuses, vont également  affecter les bassins pyrénéens durant quelques heures. Elles devraient de fait générer une hausse du niveau des cours d’eau. Les niveaux de débordement localisés pourraient être atteints en soirée ou dans la nuit de samedi à dimanche.

La préfecture rappelle aux usagers concernant les crues que certains cours d’eaux peuvent connaître une montée rapide des eaux. Il est donc nécessaire de rester vigilants, qui plus est si vous vous situez à proximité d’un cours d’eau ou d’une zone habituellement inondable.

Vie de l’association – Quelques brèves

Beaucoup d’infos, d’évènements, … à gérer ces derniers jours ; il devient difficile d’assurer le quotidien. Il vous faudra donc attendre encore un peu avant de recevoir un compte-rendu complet de l’AG de vendredi dernier.

Pour l’instant, quelques brèves à retenir :

Le collectif d’animation se renouvelle, s’étoffe : Parmi les anciens, Michèle André, Dominique Boutonnet et Philippe Gimenez ont fait savoir qu’ils se proposaient pour continuer mais tous n’ont pas encore fait connaître leur choix. Quelques nouveaux membres : Michelle Brûlé, Karine Bron (ou Sébastien Trantoul ou les deux), Isabelle Dequesne, Philippe Prax. Olivier Ducros signale qu’il est prêt à donner un coup de main. La question sera posée à Christian ou Colette Le-Sergent qui, malgré leur éloignement une partie de l’année, sont déjà particulièrement actifs. D’autres candidatures sont vivement souhaitées pour l’enrichir. Faites-vous connaître.

Le collectif d’animation se réunira ce vendredi 11 mai à 20 h à la salle des fêtes de Saint-Béat.

(Mille excuses de vous avertir si tardivement.)

Vu l’actualité particulièrement riche, cette réunion sera ouverte à tous, membre ou non du collectif. Par contre, il est d’avance demandé à chacun de faire un effort pour éviter les disgressions, répétitions, … si l’on veut être efficace.

Actions de la semaine

* Samedi dernier, distribution de tracts au carrefour des feux. Réactions particulièrement positives des automobilistes. Ceux qui revenaient du tunnel nous faisaient part de leur incompréhension d’avoir à revenir sur Saint-Béat. Ceux qui revenaient d’Espagne et l’avaient utilisé à l’aller nous disaient qu’ils ne se feraient pas avoir deux fois.

* Dimanche soir, quelques-uns étaient présents pour constater si les camions allaient ou non utiliser le tunnel mais nous n’avons pas pu le vérifier.

* Lundi, reportage de France 3 Midi-Pyrénées.

* Mardi, montée des cours d’eau et début de crue sur Saint-Béat. Absence significative de toute alerte. Nouveau reportage de France 3.

* Mercredi, venue de TF1 Toulouse. le reportage devrait être prochainement diffusé.

* Comme décidé lors de l’AG, nous avons ouvert un registre permettant à tout un chacun de reporter ses observations, commentaires, … quant aux nouvelles conditions de circulation que nous subissons désormais. Nous les ferons régulièrement remonter aux autorités. Utilisez-le à volonté, consultez-le, diffusez-le. Il est accessible depuis la page d’accueil du site (premier onglet en haut de la page) ou directement ici :  http://vivreenvalleedesaintbeat.org/registre-dobservations-nouvelle-organisation-de-la-circulation/

* Si vous n’êtes pas allé consulter le site ou la page Facebook cette semaine, allez-y. Ils sont pas mal riches d’informations.

A bientôt,

Le collectif d’animation

Registre d’observations / Nouvelle organisation de la circulation

Avec l’ouverture du tunnel, une déviation inachevée et le renvoi de la circulation vers St-Béat par le groupe scolaire, l’avenue de la Brèche romaine et le Pont-Neuf,  nous voici donc confrontés à de nouvelles conditions de circulation … situation provisoire catastrophique que chacun craint de voir s’éterniser.

C’est pourquoi nous avons décidé d’ouvrir un registre destiné à collecter nos observations relatives à la nouvelle organisation du trafic. Nous nous proposons de le faire régulièrement remonter aux autorités. A chacun d’entre nous donc d’y porter ses observations vécues d’incidents, d’incompréhensions, de questionnements, … mais aussi éventuellement de commentaires, suggestions, …

Essayez d’être court mais précis (date, horaire, …). Réagissez vite, ne remettez pas au lendemain vos observations au risque de les oublier. Même si vous constatez que quelqu’un d’autre a déjà fait la même observation, n’hésitez pas à la répéter, bien au contraire.

Vous trouverez l’accès au registre en première place du menu principal de la page ou alors par ce lien : http://vivreenvalleedesaintbeat.org/registre-dobservations-nouvelle-organisation-de-la-circulation/

QUID DES ALERTES ?

Nous avons tous constaté que, ce mardi, aucune alerte crue n’avait fonctionné.

Vigicrue est restée désespérément au vert.

Les alarmes de pré-alerte et d’alerte de Saint-Béat et Fos sont restées muettes alors que leurs niveaux de déclenchement étaient largement dépassés  – les graphes sont là pour en témoigner, celui de Saint-Béat étant même hors plage de l’échelle colorimétrique ! Mais pour Fos, on pourrait presque dire que c’est normal vu que le système, vandalisé il y a plus de deux ans, n’a jamais été remis en état.

La carte du système d’alerte transfrontalier « Risqhydro » montre toujours que les balises sont au vert et il convient de faire plusieurs manipulations informatiques pour découvrir la réalité de leur niveau.

Les habitants n’ont pas été informés, pour la bonne raison que les mairies elles-mêmes n’ont apparemment pas reçu de message annonçant des risques d’orages importants, pas plus pour les risques de crues.

C’est le maire de Saint-Béat lui-même qui a informé la sous-préfète que la commune avait les pieds dans l’eau.

Ça fait beaucoup non ?

Que les travaux de sécurisation de la Garonne n’aient pas été menés à terme depuis 5 ans est déjà inadmissible. Que les systèmes d’alerte n’aient pas fonctionné au cours de l’épisode que nous venons de connaître n’est pas moins grave.

Et qu’on ne vienne pas nous dire que nous ne sommes pas des ingénieurs, que nous ne connaîtrons plus jamais une crue du niveau de celle de 2013 car elle était « centennale » et encore moins qu’on fasse de « l’humour » sur le fait que nous nous obstinons à habiter dans des maisons susceptibles de voir l’eau monter un jour. Ah non  !

Il est clair que Vivre en Vallée de Saint-Béat compte bien exiger des explications et que nous n’accepterons pas plus longtemps d’être sur ce sujet-là également mis à l’écart sous prétexte que nous soulevons les questions qui dérangent.

Un dossier à lire et à commenter svp

Vous trouverez ci-dessous le dossier de presse édité par la préfecture à l’occasion de l’inauguration du tunnel.

Prenez le temps de le lire. On peut y trouver pas mal de réponses à des questions qui sont soulevées dans les réunions. Ce serait aussi intéressant que vous nous fassiez part de vos commentaires, des interrogations qu’il suscite, critiques, …

Vous pouvez nous les envoyer par mél à : contact@vivreenvalleedesaintbeat.org , ce qui nous aidera dans l’analyse de ce document. Merci à tous.

Télécharger (PDF, 2.53MB)

Inauguración oficial del nuevo túnel de Saint Béat

Source : Inauguración oficial del nuevo túnel de Saint Béat

Texte intéressant dans lequel on peut lire que les Aranais ne sont pas dupes et demandent à ce que les camions soient interdits côté français non seulement la nuit (les arrêtés municipaux n’ont d’ailleurs jamais été appliqués) mais désormais également le week-end, afin de freiner l’augmentation du trafic lourd.
———————————————————————————-
Proposition de traduction :

Inauguration officielle du nouveau tunnel de Saint Béat
4 mai 2018

Lundi dernier, le 30 avril, le conseiller territorial d’Aran, José Antonio Boya, a assisté à l’inauguration officielle du nouveau tunnel de Saint Béat.

Lors de la cérémonie d’inauguration, le conseiller territorial d’Aran a déclaré que la mise en service du tunnel de Saint Béat fait que l’on voit à nouveau avec préoccupation la situation de la route N-230 qui traverse le Val d’Aran, avec un volume de passage de camions de grand tonnage qui chaque fois va en augmentant. C’est pour cette raison que le Conseil général d’Aran a demandé aux autorités françaises de maintenir les restrictions sur le passage des camions à Saint-Béat entre 22h00 et 06h00 heures et de l’étendre à l’avenir à toute la journée le week-end, pour éviter une augmentation du trafic lourd sur la N-230.

José Antonio Boya a également rappelé que c’est un travail inachevé puisqu’il y a encore 4 km de construction de la déviation qui doit compléter la connexion avec le pont, une connexion qui ne devrait pas être achevée avant l’année 2024.

A l’ouverture du nouveau tunnel, Mme Carole Delga, présidente de la Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée, Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne, et le maire de Saint-Gaudens, Jean-Yves Duclos, entre autres.

Entrée nord du village de Saint-Béat oubliée par la Dreal ?

Dans son discours prononcé à l’occasion de l’inauguration du tunnel, Alain Frisoni, maire de Saint-Béat, déplore et dénonce l’état d’abandon laissé par la Dreal de la route d’entrée du village à partir longeant la Garonne.

“Enfin, je regrette profondément de ne pas avoir été entendu lorsque j’ai, à maintes reprises, alerté les services de la DREAL, sur l’image qu’ils ont donné à nos entrées de village.

Je vous invite d’ailleurs à emprunter cet itinéraire, qui se trouve juste derrière nous afin de vous rendre compte par vous-même de l’impact visuel négatif infligé à SAINT-BEAT.

  • Une palissade de béton longue de plusieurs dizaines de mètres

  • avec un mur en pierre rapiécé par des blocs tout juste entassés,

ni fait ni à faire,

des abords de route instables, laissés à l’abandon, non sécurisés, un passage piéton inexistant…

Comment donner à notre village, si riche en histoire et en patrimoine, l’envie d’en connaître la beauté lorsque la première impression est souillée par cette négligence ?”

Ci-dessous une petite vidéo en illustration.

POINT RAPIDE DE DÉCISIONS PRISES LORS DE L’AG D’HIER SOIR

Quelques RV pour ce week-end :

Aujourd’hui samedi, de 11 h à midi au feu du Pont-Neuf pour distribuer des tracts aux voitures qui poireautent (les tracts que nous n’avons pas pu distribuer lundi dernier lors de la contre-inauguration vu que la route était fermée).

Demain soir, pour les curieux, vers 21 h 45 au même lieu pour assister au passage des camions du dimanche soir pour constater quel itinéraire ils choisissent et comment s’écoule cette vague.

Lundi matin à 9 h au camping Bron : distribution de tracts et venue de journalistes qui comptent tourner un sujet sur les nouvelles conditions de circulation depuis l’ouverture du tunnel.

En outre, chacun est invité à noter ses observations personnelles de faits précis et vécus (étonnements, dysfonctionnements, mise en jeu de la sécurité, …). Pas des suppositions ni des rumeurs mais il s’agit bien d’être factuel, lister des évènements précis afin d’établir un inventaire de constats objectifs. Nous reviendrons sur ce sujet prochainement, notamment pour vous indiquer comment nous faire remonter vos observations. N’hésitez pas non plus à prendre des photos, des vidéos.

Sinon, nous nous donnons un petit mois avant une prochaine AG, histoire de donner un temps de rodage à ces nouvelles conditions de circulation.

Enfin, le collectif d’animation est en cours de renouvellement. Plusieurs adhérents présents hier se sont proposés pour en faire partie. Réfléchissez-y mais il est important qu’il soit étoffé un maximum, pour être riche de ses participants, se partager les tâches, …. Si vous êtes intéressé, merci de nous le faire savoir (par tél au 06 51 36 52 61 ou mél à contact@vivreenvalleedesaintbeat.org). Prochaine réunion du nouveau collectif vendredi 11 mai à 20 h à la mairie de St-Béat.

Dernière chose, pensez à adhérer si ce n’est pas déjà fait (bulletin ci-dessous).
Un compte-rendu complet de la réunion sera prochainement envoyé aux adhérents de cette année et de l’année dernière.

Télécharger (PDF, 130KB)

Réouverture de l’auberge du Crabère

L’ AUBERGE DU CRABERE EST OUVERTE

LE BAR ET LE RESTAURANT SONT  ‘ OPEN ‘

Suggestion des chefs Thierry et Nicolas pour ce début de mois de mai festif .

Menus auberge

Télécharger (PDF, 347KB)

RESERVATION SOUHAITEE AU  06.19.99.20.21.

index2       UNE PAUSE GOURMANDE….                                     

images2

Vendredi 4 mai : Assemblée Générale

Nous ne prenons pas le temps de nous arrêter.

Assemblée générale vendredi 4 mai à 20 heures

Salle des fêtes de Saint-Béat

Ouverte à tous, adhérents ou non

Ordre du jour

  • Bilan du rassemblement de contre-inauguration
  • Point des observations des deux premières journées d’ouverture du tunnel
  • Quelles actions maintenant ?
  • Et surtout, qui se propose pour participer directement au fonctionnement de l’association, comme membre du collectif d’animation ?
  • Questions diverses

Revue de blog : Bienvenue à bord du 30/04/2018 (Paul Tian, photojournaliste)

Saint-Béat : c’est la déviation qu’il faut inaugurer, pas le tunnel

Cette déviation de Saint-Béat/Arlos est dans les cartons depuis plus de 30 ans… Presqu’une Arlésienne !

 

Alors qu’en 2013, les travaux avaient débuté avec le percement à Saint-Béat du tunnel d’un kilomètre de long et la construction d’un pont de 270 mètres de long sur la Garonne à Arlos, les habitants de la vallée devront attendre au mieux 2024 pour voir les 500 camions et 3.000 voitures quotidiens français et espagnols l’emprunter et offrir aux habitants de la vallée un peu de bien-être et de tranquillité.

Le tunnel a été percé, le pont construit… mais il manque juste la route pour les relier !

Et non, ce n’est pas une galéjade !

Pourquoi ?

La raison officielle est que le chantier de la déviation entre le tunnel et le pont est arrêté en raison de “problèmes géotechniques” sur le tracé initialement envisagé.

 

Ainsi après coup, on aurait découvert que la route allait traverser sur une centaine de mètres une zone humide où se trouvent plusieurs sources.

Des sources qui étaient présentes… lors du lancement des études de la déviation.

Vous avez dit bizarre ?

Sans oublier qu’il y aurait aussi quelques soucis d’affectation de crédits programmés…

Donc la déviation est loin d’être terminée.

Et que pensez-vous que les autorités ont décidé de faire en ce lundi 30 avril 2018 ?

Tout simplement inaugurer officiellement… le tunnel de Saint-Béat, alors que la déviation n’existe… que sur les plans et dans les promesses électorales !

Les camions qui vont emprunter le tunnel vont se retrouver au Pont Neuf avec un système de feux dits “intelligents”. Des camions qui devront donc emprunter le tunnel de Saint-Béat pour éviter le village et qui se retrouveront donc… à Saint-Béat.

Grosse pagaille en perspective assurée…

Pour protester contre cette inauguration “partielle” de la déviation (donc uniquement le tunnel), le collectif “Vivre en Vallée de Saint-Béat” (VVSB) organise à partir de 16h, à hauteur du rond-point d’Eup une contre-inauguration avec goûter populaire partagé, festif et musical, distribution de tracts aux automobilistes et chauffeurs routiers pour expliquer leur position sur cette déviation partielle.

Les membres du collectif envisagent d’accueillir les officiels au son… des casseroles !

Un collectif qui entend demander “des explications aux autorités sur le rapport coût/efficacité de cet ouvrage de 1100 mètres aux normes les plus récentes de sécurité. Mais dont la bretelle de sortie n’ouvrira pas avant 6 ans et qui renverra donc pendant ce temps le trafic routier sur une moitié de l’agglomération, au grand dam des riverains.”

Pour rappel, le coût de la déviation était prévu au départ à hauteur de 105 millions d’euros. Il a explosé à 148 millions d’euros !

Question : était-il franchement nécessaire et opportun d’organiser une cérémonie officielle d’inauguration, ce lundi, du tunnel… alors que la déviation sera peut-être effective dans 8 ans, dans le meilleur des scénarios.

Une inauguration qui est ressentie par une partie de la population de la vallée comme une “provocation” alors que le territoire sud-commingeois connaît une crise sans précédent.

Revue de presse : 100 % radio du 01/05/2018 – Saint-Béat n’est pas prêt de voir le bout du tunnel !

Article à,retrouver dan son intégralité sur le site de 100 % radio, ICI.

Saint-Béat n’est pas prêt de voir le bout du tunnel !

Saint-Béat n'est pas prêt de voir le bout du tunnel !
Haute-Garonne
01/05/2018

Par 100% Radio

L’ouvrage a été inauguré hier… en partie seulement.


L’inauguration du tunnel de St Béat se déroulait ce lundi, dans la petite commune du Comminges, près de la frontière espagnole. Une cérémonie en présence notamment de Pascal Mailhos, Préfet de la région Occitanie ; Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie ; Georges Méric, Président du Conseil départemental de la Haute-Garonne et Alain Frizoni le maire de Saint-Béat. L’ouvrage d’1,6 kilomètre est prévu, à l’origine, pour désengorger ce village asphyxié par le trafic poids-lourd sur la RN 125 entre France et Espagne, et consécutif aussi au commerce du marbre local. Seulement, le tunnel ne semble pas satisfaire grand monde dans la vallée, à commencer par le maire : il faut dire que la jonction entre la tête sud du tunnel et la déviation d’Arlos est prévue pour 2024. A 1 km de l’entrée du tunnel hier, un collectif de mécontents était tenu à l’écart par les gendarmes. Dominique fait partie des habitants en colère. Ecoutez-le au micro de Jacques Déjean. Selon Dominique, l’inauguration de ce tunnel inachevé est une véritable farce.

Alain Frizoni, le maire de Saint-Béat.

Rassemblement des mécontents le jour de l'inauguration. Rassemblement des mécontents le jour de l’inauguration.

Les financeurs de la déviation n’ont pas osé affronter le petit peuple !

D’accord, ils n’étaient pas les bienvenus et ils le savaient.

Alors, pour aller faire leur cinéma devant leurs cire-pompes et les photographes,  nos trois éminents argentiers sont passés par une porte dérobée. Ils se sont planqués pour ne pas nous croiser, bien protégés par un impressionnant déploiement de forces de l’ordre.

Nous supposons qu’ils ont été infiltrés par la sortie sud du tunnel alors que nous les attendions à celle du nord. Ou alors planqués dans le coffre d’une voiture. Va savoir !

Les vrais gens maintenus à distance d’un côté …
les élites entre eux, dans un autre monde,  …

Revue de presse – France bleu Occitanie – Le tunnel de Saint-Béat ouvre enfin, mais la déviation est loin d’être terminée

Le tunnel de Saint-Béat ouvre enfin, mais la déviation est loin d’être terminée

lundi 30 avril 2018 à 20:22 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

Le tunnel de Saint-Beat, dans les Pyrénées haut-garonnaises, entrera en service le 3 mai et va permettre de gagner l’Espagne en évitant le centre bourg. Mais la déviation n’est pas terminée. Les camions vont continuer à passer dans une autre partie de la commune jusqu’en 2024.

Le tunnel fait 1066 m de long.
Le tunnel fait 1066 m de long. © Radio France – Vanessa Marguet

Toulouse, France

C’est le premier et le seul tunnel de Haute-Garonne. Le tunnel de Saint-Béat, dans les Pyrénées, a été inauguré ce lundi en grande pompe. Cet ouvrage de 1066 m de long, dont on parle depuis près de 30 ans, va enfin entrer en service à partir de jeudi 3 mai et va permettre de dévier la circulation des camions. Aujourd’hui, il y en a entre 500 et 800 camions ainsi que plusieurs milliers de voitures, qui passent chaque jour au centre de Saint-Béat, sur la Nationale 125 pour rallier la frontière espagnole.

Sur le plan dessiné par les services de l'Etat pour l'inauguration, le tunnel est représenté par les pointillés en rouge.  - Aucun(e)
Sur le plan dessiné par les services de l’Etat pour l’inauguration, le tunnel est représenté par les pointillés en rouge. – @préfecture de la Haute-Garonne

Chantier inabouti

Avec l’ouverture de ce tunnel, dont la construction a démarré en 2013, les habitants du centre bourg vont retrouver un peu de calme, mais pas tous. Si le tunnel est bien terminé*, ce n’est pas le cas de l’ensemble de la déviation. La sortie sud se termine par un chantier inachevé. Il reste encore 2.5 km de route à construire entre la sortie du tunnel et le pont flambant neuf d’Arlos que personne ne peut emprunter aujourd’hui. Résultat : pour l’instant, à la sortie du tunnel, tous les véhicules qui veulent rejoindre l’Espagne sont déviés vers une autre partie de Saint-Béat, la partie sud de la commune,  où de nouveaux feux tricolores “intelligents” ont été installés pour permettre aux camions de manœuvrer. Pour Alain Frisoni, le maire de la commune, on n’a fait que déplacer le problème.

Une partie du village se retrouve épargnée par le passage des camions, mais une autre partie de la commune sera impactée car les véhicules vont passer près d’une école, d’un collège et d’une piscine – le maire de Saint Béat

Lire la suite de l’article (avec interviews) sur le site de France Bleu Occitanie ICI.

Revue de presse – La Dépêche du 30 avril 2018 – Inauguration en demi-teinte pour le tunnel de Saint-Béat

Article à retrouver dans son intégralité sur le site de La Dépêche, ICI.

Inauguration en demi-teinte pour le tunnel de Saint-Béat

Grands chantiers

C’est l’histoire d’une déviation qui tourne en rond. A Saint-Béat, en Haute-Garonne, on attendait beaucoup de ce tunnel qui a été inauguré ce lundi. Il devait permettre de détourner du village le trafic des camions qui transitent tous les jours entre la France et l’Espagne.

Problème : seule une partie de la déviation a été construite et il faudra attendre 2024, « sous réserve de l’affectation des crédits programmés » précisent les pouvoirs publics, pour que plus aucun des 800 camions ne traversent Saint-Béat. En attendant, ce nouveau tunnel déverse le trafic routier vers une nouvelle partie du village et devant l’école, le collège et la piscine, ce qui provoque la colère des riverains.

Ce lundi, jour de l’inauguration officielle avec le préfet, Pascal Mailhos, et la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, ainsi que de nombreux élus locaux, une cinquantaine de personnes ont manifesté leur mécontentement.

Le tunnel, long d’un peu plus d’un kilomètre ouvrira ce jeudi 3 mai. Le coût total du tunnel et de la déviation qui en 2024 permettront aux voitures et aux camions d’éviter totalement le village de Saint-Béat en passant sur la rive droite de la Garonne pour venir ou aller vers l’Espagne par la RN 125 est de 141 millions d’euros.

Revue de presse – France 3 Occitanie – Saint-Béat (Haute-Garonne) : inauguration à 148 millions d’euro d’un tunnel provisoirement inutile

Article à retrouver sur le site de France 3 Occitanie ICI.

Publié le 30/04/2018

Saint-Béat (Haute-Garonne) : inauguration à 148 millions d’euro d’un tunnel provisoirement inutile

Le tunnel de Saint-Béat, provisoirement inutile / © Marc Raturat/France 3 Occitanie
Le tunnel de Saint-Béat, provisoirement inutile / © Marc Raturat/France 3 Occitanie

Le tunnel de Saint-Béat, qui doit délester ce dernier gros bourg de la Haute-Garonne avant l’Espagne de sa noria de camions quotidienne, sera inauguré ce lundi. Mais sa bretelle de sortie renvoie la circulation sur une partie de la commune dont les habitants dénoncent un fiasco.

 

Ambiance en perspective pour l’inauguration ce lundi à 16 heures 30 du tunnel de Saint-Béat, dont les riverains entendent parler depuis 30 ans, mais qui, après plusieurs années de travaux, ne permettra pas, du moins pas avant 6 ans, de délester ce dernier gros bourg de la Haute-Garonne avant l’Espagne de ses quelques 500 camions et 3000 voitures quotidiens.

Le collectif Vivre en vallée de Saint-Béat a en effet décidé de venir demander des explications aux autorités sur le rapport coût/efficacité de cet ouvrage de 1100 mètres aux normes les plus récentes de sécurité. Mais dont la bretelle de sortie n’ouvrira pas avant 6 ans et qui renverra donc pendant ce temps le trafic routier sur une moitié de l’agglomération, au grand dam des riverains.

Ce tunnel, qui doit être mis en service le 3 mai, ne représente en effet qu’un tronçon de déviation et non la déviation entière de Saint-Béat. Et au lieu de contourner Saint-Béat, les camions seront renvoyés vers le centre-ville pour aller prendre un virage …en angle droit et reprendre ainsi la direction de l’Espagne, comme le montre ce carton d’invitation à inauguration de l’ouvrage.

Le tunnel (en pointillé) contourne une partie de Saint-Béat, mais sa bretelle de sortie renvoie le trafic vers le centre-ville. / © @Préfecture de la Haute-Garonne
Le tunnel (en pointillé) contourne une partie de Saint-Béat, mais sa bretelle de sortie renvoie le trafic vers le centre-ville. / © @Préfecture de la Haute-Garonne

Au nombre des explications de cette situation ubuesque figure le coût du projet, initialement prévu pour 105 millions d’euros, mais dont le budget a explosé à hauteur de 148 millions d’euros, en raison notamment de modifications du tracé pour des raisons écologiques. Résultat : plus de budget pour la voirie. Avec un pont construit 3 kilomètres plus loin et qui ne sert pour l’heure à rien.

La situation devrait durer jusqu’en…2024. Le temps de réaliser les 2,5 km nécessaires à l’achèvement de la totalité de la déviation. Et à la fin de l’asphyxie de Saint-Béat.

L'asso qui ne lâchera pas !